Infamous Labels : K-RAA-K : Kohn - Ovil Bianca - Benjamin Franklin

 date du concert

20/09/2001

 salle

Batofar,
Paris

 tags

Batofar / Benjamin Franklin / Jürgen de Blonde / Köhn / Ovil Bianca

 liens

Benjamin Franklin
Ovil Bianca
Batofar

 dans la même rubrique
02/09/2018
Jazz à la Villette 2018 : Yazz Ahmed / Dhafer Youssef
(Grande Halle de la Villette)
26/06/2018
Tomoko Sauvage / Andrew Pekler
(Jeu de Paume)
25/05/2018
Festival Villette Sonique 2018 : Mogwai / Jon Hopkins
(Grande Halle de la Villette)

Rendez-vous mensuel des petits labels de musiques électroniques, Infamous Labels invite aujourd’hui la structure K-raa-k, sur laquelle on peut retrouver Lali Puna, Rothko, Pimmon ou Janek Schaefer.

Ce soir on commence avec Benjamin Franklin, jeune homme à barbe, seul derrière son clavier-séquenceur et une table de mixage, pour une musique qui navigue entre electro-pop un peu kitsch et electronica mélodique, plutôt joyeuse mais avec une pointe de nostalgie.
Un set d’une petite demi-heure, fort agréable.

On enchaîne avec Ovil Bianca, nettement plus expérimental avec une musique qui s’appuie sur des textures granuleuses. Le premier morceau débute avec quelques sonorités extrêmement aiguës, des souffles puis une mélodie répétitive s’imbrique dans ce chaos.
Plus encore avec le second titre, on pense à des artistes comme Fennesz, Discom ou Port Radium, avec sa texture plus riche, plus variée et sa mélodie mélancolique.
La suite sera plus expérimentale, mais sans apporter grand chose de nouveau. Le public déjà peu nombreux s’éclipse petit à petit, malheureusement pour Kohn.

Dernier live de la soirée avec Kohn qui est aussi un membre de De Portables, et qui nous offrira un concert très varié. Il début avec une techno faite de cassures rythmiques, et de collages sonores, sympathique mais sans grand intérêt. On passera ensuite à un morceau basé sur une basse grésillante, puis un autre encore plus calme avec des bribes de mélodies.
L’éclectisme continue et atteindra son apogée lorsque le laptop sera accompagné d’une guitare claire pour une superbe mélodie qui viendra aérer un début de concert un peu lourd.
Après ce passage relativement calme on pensera que le morceau suivant, très rythmé et dansant serait le bouquet final. Il s’agit en fait d’une deuxième partie construite de la même façon que la première en regagnant au fil du concert des contrées plus apaisées.

Au final trois bons concerts même si tous les morceaux sont de qualité inégale.

Fabrice ALLARD
le 22/09/2001

À lire également

08/05/2002
Infamous Labels 22 : (...)
(Batofar)
Pulseprogramming
Tulsa for One Second Remix Project
(Aesthetics)
O.Lamm
My Favorite Things
(Active Suspension)
09/11/2002
Festival ConneXe 02 (...)
(Maison des Métallos)