Pan American

Quiet City

(Kranky / Chronowax)

 date de sortie

21/06/2004

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Kranky / Pan•American

 liens

Kranky

 autres disques récents
The Star Pillow
Music For Sad Headbangers
(Midira Records)
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)

Alors que Labradford semble s’être mis en sommeil prolongé, Mark Nelson continue son projet solo parallèle avec ce quatrième album de Pan American, deux ans après The River Made no Sound, disque plutôt décevant dans l’ensemble.

S’ouvrant par un très beau morceau de post-rock contemplatif où perce même doucement la voix de Mark Nelson, Quiet City se poursuit par des morceaux s’inscrivant dans la lignée d’une ambient aux textures minimalistes. S’éloignant quelque peu de l’approche tout-numérique du précédent album, Pan American inclut de réels instruments dans ses morceaux, permettant à sa musique de gagner en densité et d’apporter un caractère organique très appréciable. Une légère pulsation de cymbale ou un profond accord de guitare permettent ainsi aux titres de développer une inclinaison élégiaque et à Mark Nelson de renouveler une nouvelle fois son style musical après avoir œuvré dans un côté plus « pop » puis davantage proche de l’electronica-dub. L’arythmie quasi-systématique du disque entraîne même le musicien états-unien aux confins d’un néo-classique aussi épuré que captivant.

Si cet ascétisme des arrangements peut parfois nous faire regretter les textures composites dont Mark Nelson a su nous gratifier par le passé, il n’en demeure pas moins qu’il semble avoir trouvé, dans cette économie de moyens une très intéressante source d’inspiration. Bien que cette grande sobriété se retrouve sur la majorité des titres de Quiet City, Skylight accueille trois autres musiciens (bassiste, batteur et trompettiste) pour un résultat à mi-chemin entre slowcore et ambient particulièrement évocateur, à l’image de l’album entier (ce n’est pas pour rien que celui-ci est livré avec un DVD). Se clôturant comme il s’était ouvert par un titre de pur post-rock contemplatif, magnifique dans ses lents slides de guitares, Quiet City n’est peut-être pas le chef-d’œuvre qu’on pouvait attendre de Pan American mais constitue en tous cas une remise en selle de haute tenue.

François Bousquet
le 14/10/2004

À lire également

Loscil
Sea Island
(Kranky)
Christopher Bissonnette
Essays In Idleness
(Kranky)
Valet
Naked Acid
(Kranky)
Greg Davis
Somnia
(Kranky)