Destroyalldreamers

A Cœur Léger Sommeil Sanglant

(Where Are My Records / Import)

 date de sortie

06/10/2004

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

3 MP3 (complets)

 tags

Destroyalldreamers / IXE-13 / Post-Rock / thisquietarmy / Where Are My Records

 liens

Destroyalldreamers
IXE-13
Where Are My Records
thisquietarmy

 autres disques récents
The Star Pillow
Music For Sad Headbangers
(Midira Records)
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)

Tandis que la galaxie Godspeed You ! Black Emperor s’éloigne de plus en plus du post-rock épique de ses débuts (le dernier album en date de The Silver Mt. Zion Orchestra and Tra-La-La Band en témoigne), l’autre mouvance montréalaise du genre demeure plus vivace que jamais : Below the Sea enchaîne disques et tournées et Where Are My Records publie le premier album d’un autre quatuor issu de la cité acadienne, Destroyalldreamers.

Alors qu’on pourrait être plus que sceptique face à ce qui pourrait être un énième disque de post-rock épique (succession de passages lents et de poussées fiévreuses, batterie sachant se faire martiale, guitares scintillantes, basse tenant l’ensemble), A Coeur Léger Sommeil Sanglant (un titre d’album comme on aimerait en rencontrer plus souvent) séduit par sa capacité à mêler les canons mentionnés plus haut avec des inspirations directement issues du shoegazing. Ainsi, Orage se fait fascinant par l’union qu’il réussit entre fulgurances post-rock (mélodie des guitares saturées, interventions de batterie millimétrées) et déchaînement des effets de six-cordes propre au shoegazing ; de même, dans Facultatives Imaginaires, en Robe et en Eclats, la précision de la section rythmique se marie particulièrement bien avec les nappes développées par les guitares.

À ce titre, l’accent est tout au long du disque mis sur ces effets, Eric Quach et Mathieu Grisé utilisant abondamment pédales et réverbération (le lumineux trémolo de Ghost Guitar in the Shell) sans, pour autant, que les Québécois ne tombent dans la démonstration de force, le « m’as-tu-vu » musical, la compétition interne où ce serait à celui qui en jetterait le plus. Au contraire, si elles sont toujours mises au premier plan, les six-cordes n’empêchent jamais les deux autres instruments de s’épanouir à l’image de la batterie métronomique de Sombrer dans la Folie, par exemple. Pouvant se faire aussi bien contemplative (la ligne de guitare de Destroy All Dreamers) que passionnée (la montée en puissance de Swirling Colours Sink), la musique du groupe canadien se savoure donc tout au long des neuf plages et de la petite heure que dure ce premier album aussi convaincant que captivant.

François Bousquet
le 24/04/2005

À lire également

IXE-13
Le ciel est bleu, l’enfer est rouge (EP)
(chat blanc records)
Epic45
Against the Pull of Autumn
(Where Are My Records)
15/11/2013
Thisquietarmy / Phil (...)
(An Vert)
Thisquietarmy & Scott Cortez
Meridians
(Three:Four Records)