Cornucopia

.C. Works

(Zeromoon / Import)

 date de sortie

00/08/2005

 genre

Electronique

 style

Ambient / Noise

 appréciation

 écouter

15 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Andrew Duke / Black Sand Desert / Cornucopia / Critikal / David Wells / Duul_DRV / Francisco López / Kim Cascone / Lasse Marhaug / Noise / Omei / RGV / TV Pow / Ultra Milkmaids / Zeromoon

 liens

Andrew Duke
Kim Cascone
Ultra Milkmaids
Cornucopia
Lasse Marhaug
Black Sand Desert
TV Pow
Critikal
Francisco López
Zeromoon

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Cornucopia est un duo originaire de l’île de Porto Rico qui sort ici son premier album, basé sur des field recordings et drones enregistrés il y a deux ans maintenant, dans la jungle de Porto Rico et les îles environnantes. Ces enregistrements sont déjà sortis sur divers labels sous forme de CD-R, et le duo propose ici une pièce de près de 40 minutes basée ces enregistrements. Le deuxième CD est composé de 14 remixes soumis par la fine fleur de l’électro-expérimentale, et le tout sort sur l’exigeant label américain Zeromoon, passé au CD il y a quelques temps, après de nombreuses sorties en MP3, puis CD-R.

On ne va pas s’attarder sur le premier CD qui est donc composé d’une seule pièce sonore de tonalité ambient. La base à beau être des field recordings, on tient là un morceau particulièrement musical, riche, varié, et parfaitement construit pour ne jamais lasser. On peut écouter .C. sur plusieurs niveaux, avec les frétillements et gargouillis organiques au premier plan, de l’eau qui coule, puis des souffles sifflant au second plan, ou des voix lointaines, avec derrière des sonorités plus graves qui parviennent même à donner un rythme sous forme de pulsations. Après une petite trentaine de minutes, coupure nette et des bruitages beaucoup plus discret, calmes, comme le bruit de la mer, des chants d’oiseaux perdus dans les feuillages bercés par le vent. Cela dit, toute cette pièce est un labyrinthe formé par ces enregistrements, et des effets ou bruitages électroniques ajoutés peut-être responsables de cette musicalité si particulière.

Le deuxième CD contient donc 14 remixes, ou plutôt nouvelles compositions basées sur les enregistrements de Cornucopia. Commençons par les plus connus, avec le scandinave Lasse Marhaug dans un registre plus calme qu’on ne l’attendait et un très beau passage de quasi silence, tout juste hanté par des sonorités graves extrêmement sourdes. Ultra Milkmaids ensuite donne d’abord une teinte industrielle à ces bruits naturels puis fait chanter des souffles de fort belle manière. On ne sait toujours pas quoi penser de Andrew Duke qui nous avait déçu avec son album chez Bip_Hop et qui nous délivre ici un morceau dont on cherchera les différences avec le travail de Cornucopia... Il est suivi par Kim Cascone qui s’amuse et fait chanter des gouttes de pluie sur un titre mêlant ambient minimale et musique concrète. Et c’est Francisco Lopez qui clôt l’album et se consacre uniquement aux souffles.
Au niveau des inconnus (ou presque), on retiendra en particulier le travail de Omei pour l’un des titres les plus contrastés de l’album en allant de l’ambient à la noise, Black Sand Desert, parce qu’il porte un joli nom et que lui aussi transforme l’ambient-drone de Cornucopia en un gros magma sonore noisy, RGV puis David Wells pour leur parti pris extrême-ambient, parfois même à peine audible, TV Pow pour leur étonnant travail sur le son en ayant extrait une véritable nappe synthétique de ces field recordings, ou duul_drv qui fait preuve d’une certaine finesse avec des sonorités très claires alors que le matériau de base est souvent très riche.

Il n’y a pas de secret, il s’agit là d’un album au style très particulier, et si vous êtes arrivés à la fin de cette chronique, alors ce disque est fait pour vous. D’abord un très joli CD de Cornucopia, et ensuite un travail de remixes d’autant plus intéressant que l’élément de base est homogène.

Fabrice ALLARD
le 04/10/2005

À lire également

Wastell & Marhaug
Kiss of Acid
(Monotype Records)
Violet
Violet Ray Gas & The Playback Singers
(Zeromoon, Sentient Recognition Archive)
Kim Cascone
The Knotted Constellation (Fourteen Rotted (...)
(Monotype Records)
Rainier Lericolais
Re : Courrier Electronique
(Optical Sound)