Sinner DC

Arkle Parkle Avenue

(Tritone Records / Import)

 date de sortie

00/09/2005

 genre

Electronique

 style

Electronica / Pop

 appréciation

 écouter

6 MP3 (complets)

 tags

Electronica / Pop / Sinner DC / Tritone Records

 liens

Sinner DC
Tritone Records

 autres disques récents
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Tim Hecker
Konoyo
(Kranky)
Epic45
Through Broken Summer
(Wayside and Woodland Recordings)

On découvrait pour notre part Sinner DC avec le 5 Year Ai Sampler, compilation concoctée comme son nom l’indique à l’occasion des cinq ans du label anglais. Arkle Parkle Avenue est leur deuxième album et le groupe est déjà reconnu, que ce soit par Warp ou Rough Trade, et en allant d’Ellen Allien à Piano Magic. Pourquoi une telle unanimité ?

Sinner DC semble faire la parfaite synthèse entre le meilleur de l’electronica, tendance mélodique, soyeuse, voire ambient, et de la pop avec de véritables chansons, une efficacité indéniable, et ce petit quelque chose indéfinissable, cette magie qui fait que tout semble couler de source. Born To Be Mild qui ouvre l’album est un bon exemple du travail de Sinner DC : nappes ambient grésillantes, granuleuses, brefs samples de guitare, voix lointaine chaleureuse et largement traitée, le tout formant une électro-pop soyeuse. La façon dont le groupe mélange les genres est particulièrement amusante. Par exemple sur Nothing Cares in The Middle of The Night les bleeps typiques d’une electronica se voient rattrapés par des guitares purement rock. Plus loin, sur La part des anges, alors que l’instrumentation est entièrement acoustique (batterie, guitare, piano), la voix est passée au vocoder pour former une sorte de trip-hop nonchalant.

La formule est parfois assez simple, tient à peu de choses, une guitare sur une boite à rythme basique (Zum Dritten Mal), une électro-pop filtrée et vocoderisée pour évoquer les Daft Punk (Alice), et puis le son s’affine, prend de l’ampleur sur le très fin In The Back Of My Mind, véritable perle d’intelligent-pop à écouter sur plusieurs niveaux. Et puis pour parfaire cette volonté de mélanger les genres (les influences ?), et peut-être en exagérant un peu, on pensera à DJ Shadow sur Romy Schneider (influence hip-hop marquée et magnifiques mélodies orchestrales), à Sigur Ros pour cette voix haut perchée sur le très expérimental Awotws, ou encore à Funkstorung pour finir avec Win The Sun... à la rythmique hip-hop/electronica particulièrement lourde.

Sinner DC n’est pas un OVNI : Arkle Parkle Avenue reste un album d’electro-pop. Pourtant la qualité de celui-ci le place à part, loin devant tout concurrent.

Fabrice ALLARD
le 05/01/2006

À lire également

Sinner DC
Montage EP
(Ai Records)
V/A
5 Year Ai Sampler
(Ai Records)
Sinner DC
Crystallized
(Ai Records)
Sinner DC
Mount Age
(Ai Records)