Yannis Kyriakides

Wordless

(Unsounds / Metamkine)

 date de sortie

03/06/2006

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Expérimental / Unsounds / Yannis Kyriakides

 liens

Yannis Kyriakides
Unsounds

 autres disques récents
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)

Il y a un peu moins d’un an, on découvrait Yannis Kyriakides avec sa précédente sortie (The Buffer Zone) sur son propre label (Unsounds), un disque lié à l’histoire de son pays, Chypre. Wordless est toujours un travail très conceptuel, basé sur des interviews prises dans la collection de BNA-BBOT (Bruxelles Nous Appartient - Brussel Behoort Ons Toe), une association qui se charge de collectionner des interviews, discussions enregistrées, comme pour témoigner de l’état actuel de la ville, de la société, et donner une nouvelle image de la capitale belge, en se focalisant sur l’humain.

Kyriakides a donc repris ces enregistrements, pour lesquels il a supprimé tous les mots (d’où le titre de cet album), pour ne garder que les hésitations, soupirs, rires, soit toutes les réactions émotionnelles ainsi que les bruits environnants. Là dessus, il a ajouté tout un habillage musical, fait d’ondes sonores électroniques, bruits blancs, et tout l’éventail sonore glitchs et click’n cuts, afin de faire ressortir la personnalité de l’interviewé, ou l’ambiance de cet entretien.
A priori, on pourrait se dire que tous les morceaux vont se ressembler, puisque construit selon les mêmes règles, et en grande partie avec les mêmes sons. En fait les ajouts de Kyriakides sont suffisamment nombreux et variés pour véritablement composer des pièces musicales distinctes. Par contre on aura un peu de mal à faire la part des choses, entre l’ambiance réelle de l’interview et les apports de l’artiste qui a le pouvoir de révéler l’atmosphère d’origine, faire part de son interprétation du caractère de l’interviewé, ou se détacher complètement de la source sonore pour créer autre chose.

Le résultat s’avère assez étonnant, souvent très beau, en particulier quand l’électronique se marie parfaitement à l’aspect humain de ces hésitations. On trouve ici principalement des interviews d’immigrés, et des artistes. Le disque débute par une femme d’origine italienne arrivée en Belgique en 1951, dont le mari travaillait dans les mines et qui a élevé ses enfants en faisant face au racisme et aux difficultés financières. Extrêmement calme, silences nombreux, quelques clicks, sifflements et nappes de laptop pour une première pièce très ambient. Une épure, une rigueur qui traduit une certaine dureté également avec cette femme de ménage marocaine qui a tout quitté pour venir vivre dans ce qui devait être, selon elle, un paradis.
Les enfants sont régulièrement sollicités. Ce sont eux qui interviewent des personnes âgées sur Pensioned_Clerk_0197, longue pièce à la fois envoûtante et touchante composée de montées de nappes ambient sur lesquelles se posent les bruitages et hésitations. Un petit garçon plein de vie est interrogé sur Schoolboy_0032, pièce riche en cassures et bruits. Le principe est inversé sur RaiSinger/Electrician_0522, puisque cet électricien d’origine algérienne vient parler à des écoliers, de lui, de sa vie, de sa passion pour la musique, en terminant par un chant de raï retravaillé par les machines, donnant ainsi un morceau particulièrement musical et torturé.
A propos d’artistes, on trouve également un DJ interviewé dans un environnement très bruyant, et donnant une très belle pièce dont le hachage contribue au rythme. Une interview très décontractée avec un autre artiste produit une autre pièce très rythmée (artist_0640), ambiance rétro et jazzy avec un disquaire (music salesperson_0618), et rencontre entre tradition et technologie sur drummer_0404 qui s’écoute comme un duo entre Kyriakides et l’interviewé, un percussionniste originaire de Gambie.

On terminera par l’interview d’un jeune sociologue qui observe sa ville, et on ne peut s’empêcher de faire le lien avec Kyriakides qui joue ici les sociologues, mais que l’on aurait bien vu dans le rôle des interviewés, lui qui est originaire de Chypre et qui vit actuellement à Amsterdam. Un très bel album-témoignage sociologique où la musique traduit les émotions.

Fabrice ALLARD
le 05/08/2006

À lire également

Yannis Kyriakides
Antichamber
(Unsounds)
Yannis Kyriakides
The Buffer Zone
(Unsounds)
Francisco López
Untitled #275
(Unsounds)
31/03/2012
Présences Electronique
(Le 104)