Freiband

Leise

(Crónica Electronica / Import)

 date de sortie

00/06/2006

 genre

Electronique

 style

Ambient / Noise

 appréciation

 écouter

Vuur (MP3 complet)

 tags

Ambient / Crónica Electronica / Freiband / Noise

 liens

Freiband
Crónica Electronica

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

On avait déjà croisé Freiband chez Cronica il y a un peu plus d’un an dans la série de split albums Product. C’est ici pour un album complet que l’on retrouve Frans De Waard, ex-Goem et ex-Kapotte Muziek pour ne citer que quelques uns des projets auxquels il a pu participer.

Leise est un anagramme de Elise, le prénom de sa fille qui avait 3 ans en 2002, et qui est en grande partie à l’origine de cet album. En effet Frans a enregistré sa fille alors qu’elle avait 3 ans, en train de s’amuser avec des instruments qu’il utilisait au sein de Kapotte Muziek, puis composé à partir de cette base sonore. On retrouve une référence immédiate à l’enfance et à l’aspect ludique que représente la création de sons, sur la pochette et sur le premier titre. La pochette représente une fillette tenant dans ses bras des animaux-jouets, apparemment des chats, et Knippers qui ouvre l’album laisse entendre clairement les couinements de ces jouets en plastique qui libèrent une espèce de cri lorsqu’on les presse. Une fois passée cette introduction, il nous sera impossible de retrouver la théorique naïveté qui pourrait transparaître de ce type d’expérience. Difficile de dire si cela vient des instruments manipulés par Elise ou par le travail a posteriori de l’artiste, mais Leise devient alors un "classique" album de musique expérimentale électronique, tendance ambient-noise à partir d’éléments concrets, qui trouve naturellement sa place chez Cronica.
Drones électroniques, grincements et vibrations électriques, frottements, coups filtrés, grésillements, crépitements organisés lorgnant vers l’électro minimale (Vuur), et autres sonorités inqualifiables sont de la partie, organisées selon une apparente abstraction tout en formant un tout cohérent et surtout harmonieux. Globalement amélodique Leise change un peu de ton avec Daisee et ses longues nappes flottantes, ou De Kabale Brug sur lequel Elise De Waard chantonne, semblant reprendre l’esquisse d’une mélodie qui sont père a construit à partir de frottements métalliques.

Pas une révolution certes, mais un bel album du genre qui pourra surprendre par sa relative facilité d’accès.

Fabrice ALLARD
le 04/12/2006

À lire également

@C
V3
(Crónica Electronica)
Cem Güney
Praxis
(Crónica Electronica)
Gintas K
Lengvai / 60 x One Minute Audio Colours of (...)
(Crónica Electronica)
Davor Mikan
Täuschung
(Crónica Electronica)