In The Country

Losing Stones, Collecting Bones

(Rune Grammofon / La Baleine)

 date de sortie

06/11/2006

 genre

Jazz

 style

Contemporain / Jazz

 appréciation

 écouter

4 MP3 (extraits)

 tags

Contemporain / In The Country / Jazz / Morten Qvenild / Rune Grammofon

 liens

In The Country
Rune Grammofon

 autres disques récents
Gavin Miller
Shimmer
(Sound in Silence)
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Tim Hecker
Konoyo
(Kranky)

Pour leur deuxième album, un an et demi après le très bon This Was The Pace Of My Heartbeat, les Norvégiens d’In The Country, nous proposent, toujours sur Rune Grammofon, un nouvel ensemble de morceaux jazz centrés sur le piano de Morten Qvenild.

Effectivement, c’est le clavier qui sert systématiquement de point de départ sur chaque titre du trio, rejoint ensuite par une batterie à la fraîche liberté et une contrebasse enveloppante (Ashes To Ashes). Parfois rageur, parfois plus caressant et mélodique (Hello Walt, The Bear), parfois plus mélancolique (Medicine Waltz), le piano rend la musique d’In The Country à la fois extrêmement accessible aux béotiens du genre comme intéressante pour les connaisseurs car empruntant aussi bien au jazz improvisé qu’à des formes musicales plus traditionnelles. Le groupe ose même quelques flirts avec la pop lorsque le Suédois Stefan Sundstrom s’essaye au chant, soutenu aux chœurs par les membres d’In The Country (Everyone Live Their Life) ou à la ballade quand Morten Qvenild opère d’un timbre adouci (Don’t Walk Another Mile).

Ouvert aux autres styles, In The Country sait également accueillir d’autres musiciens à ses côtés comme Marc Ribot qui intervient à la guitare sur l’excellent Torch - Fishing où son jeu à la fois très présent et tout en harmonie amène le propos vers des rivages plus lyriques et plus expérimentaux (le solo dans les deux dernières minutes de Torch - Fishing). Plus léger quand Qvenild délaisse le piano pour l’orgue Hammond, le trio y explore une voie espiègle, joliment insouciante dans laquelle la batterie de Pål Hausken se fait plus carrée et moins free (Kung Fu Boys). Mais, et c’est la grande richesse de ce disque, In The Country ne perd jamais de vue qu’il est une formation jazz traditionnelle, enchaînant les morceaux comme elle le ferait lors d’un concert, prenant un réel plaisir à jouer et en donnant tout autant à être écoutée.

François Bousquet
le 21/12/2006

À lire également

Svalastog
Woodwork
(Rune Grammofon)
Alog
Unemployed
(Rune Grammofon)
In The Country
Sounds And Sights
(Rune Grammofon)
Skyphone
Fabula
(Rune Grammofon)