V/A

A Rocket Girl Compilation

(Rocket Girl / Import)

 date de sortie

16/04/2001

 genre

Rock

 style

Ambient / Pop / Post-Rock

 appréciation

 tags

Ambient / Azusa Plane / Cold Harbour Stores / David John Sheppard / Füxa / Gnac / Low / Mazarin / Phelan Sheppard / Piano Magic / Pop / Post-Rock / Rocket Girl / State River Widening / Textile Ranch / The Workhouse

 liens

Piano Magic
State River Widening
Gnac
Low
Phelan Sheppard
Rocket Girl
Textile Ranch
Füxa
David John Sheppard

 autres disques récents
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)

Cela fait quelques années (4 exactement) que le label londonien Rocket Girl nous enchante avec ses sorties régulières. Ayant eu longtemps pour tête de pont Piano Magic, avant que le groupe de Glen Johnson ne s’en aille sur 4AD, ce label vient de sortir une double compilation retraçant son histoire.

Le premier disque est un regroupement de l’ensemble des singles sortis jusqu’au printemps 2000. On y retrouve donc les grands classiques du label, parmis lesquels la somptueuse collaboration entre Low, Piano Magic et Transient Waves (Sleep at the bottom), les deux morceaux du split single Loopdrop/Azusa Plane, les deux singles de Piano Magic (There’s no need for us to be alone et Canadian)...
Parmi les artistes récemment signés, on retiendra Mazarin, avec un style proche de Belle & Sebastian, et surtout Cold Harbour Stores. Ce quartet londonien, qui nous avait émerveillé à l’hiver 2000 avec son sublime All that matters now qu’on retrouve ici, produit une pop héritée en droite ligne de Sarah Records, mais sans nostalgie aucune. Dommage, d’ailleurs, que la compilation ne soit pas allée jusqu’au deuxième single de cet excellent groupe (A day gone by, de très bonne facture également) dont on attend l’album pour la rentrée.

Le deuxième disque se compose d’inédits (ou de titres pour la première fois dispos sur CD). On passe ainsi par des superbes instrumentaux (les morceaux de State River Widening, Gnac ou Loopdrop), quelques passages psychés (la collaboration Lenola/Mazarin) et Piano Magic nous livre encore une fois un petit bijou (Shot through the frog). Mais le plus étonnant se trouve à la fin du disque avec un titre long de 11 minutes de Füxa (deux morceaux séparés par un temps de silence en fait) qui oscille entre légères touches électro, arpèges de guitare post-rock, notes de glockenspiel et voix aériennes.
Ce disque n’est toutefois pas uniquement constitué par des artistes du label, ainsi Her Space Holiday (groupe d’un seul homme, Marc Bianchi) est habituellement signé chez Wichita, Aarktica avait été auparavant croisé chez Ochre... Quelques bémols tout de même : The Worhouse produit un post-rock directement copié chez Tarentel, PS I Love You une britpop sans aucun intérêt et Cold Harbour Stores nous déçoit pour la première fois avec un titre peu convaincant.

Au final, un double album intéressant si on n’a pas déjà les singles qui s’y trouvent et si on est avide de découvertes.

François Bousquet
le 16/08/2001

À lire également

Piano Magic
The Troubled Sleep Of Piano Magic
(Dora Dorovitch)
V/A
Documenta II
(Agenda)
Snow Palms
Origin And Echo
(Village Green)
State River Widening
Early Music
(Rocket Girl)