V/A

Staedtizism 2

( scape)

 date de sortie

14/05/2001

 genre

Electronique

 style

 appréciation

 tags

Beige / Burnt Friedman / Jan Jelinek / Kit Clayton / Low Res / Process /  scape

 liens

 scape

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Il y a un peu moins d’un, on vous parlait du premier volume de Staedtizism, une sélection de morceaux compilés par Pole sur son label  scape. On s’échappe ici un peu des ambiances du premier disque pour s’orienter vers un style plus jazzy qui ne surprend plus quand on a écouté le nouvel album de Pole, R ou bien sa compilation [komfort.labor] pour le label WMF.

Les premiers titres n’ont rien de surprenant avec System pour commencer et son ambient grésillante qui s’enchaîne sans problème avec Jan Jelinek qui possède déjà un son plus clair avec une mélodie facilement appréhendable.

Changement complet de registre ensuite avec John Tejada et sa guitare épurée sur une rythmique précise. Il nous fait penser à To Rococo Rot qui était présent sur la précédente compilation.
Process nous offre ensuite un superbe titre très électronique, une ambient aux sonorités riches, une composition dense et répétitive fort réussie.

Débute alors le passage jazz du CD avec Nolte à l’orgue sur une fine rythmique électro, Bus dans un registre similaire mais aux sonorités moins finement ciselées puis en plus réussi Burnt Friedman & The Nu Dub Players qui avec xyz passe Tortoise à la moulinette dub. On retrouve une rythmique très post-rock, déconstruite, imprévisible et une mélodie au métallophone du plus bel effet.

Un peu à part se situe Beige qui se révèle être une excellente surprise : une pointe de reggae (décelable via un son particulier), mélodies électroniques variées, et une multitudes de petits trucs qui rendent le titre sympathique, des effets appliqués sur une note particulière, un volume sonore très changeant sur la rythmique, etc... Un artiste à suivre !!
Autre surprise, Sad Rockets et leur Cascais auquel l’étiquette post-rock colle parfaitement, mais cette fois ce serait plutôt du côté de Labradford que l’on s’orienterait pour les ambiances cinématographiques accompagnées par une batterie métronomique et nonchalante.

On sera par contre moins convaincu par Headset, peut-être à cause de la partie de saxo improvisé ou part Low Res également très free dans ses expérimentations électro-acoustique-jazzy.
Même Kit Clayton oeuvre dans un style qu’on ne lui connaissait pas et s’essaye au jazz minimaliste et répétitif, un peu comme si Steve Reich faisait du jazz. On n’est pas convaincu...

La bonne nouvelle c’est que cette compilation est une surprise et même une bonne surprise car il était très facile de faire une nouvelle édition identique à la première. De plus en mêlant les genres et les artistes ce deuxième volet reste parfaitement cohérent et nous permet de faire de belles découvertes.

Fabrice ALLARD
le 06/11/2001

À lire également

17/09/2005
AGF + Vladislav Delay /
(Centre Pompidou)
26/02/2003
Jan Jelinek
(Batofar)
Deadbeat
Wild Life Documentaries
( scape)
V/A
American Breakbeat
(Klang-Krieg)