July Skies

Dreaming of Spires

(Rocket Girl / Import)

 date de sortie

28/01/2002

 genre

Rock

 style

Ambient / Pop

 appréciation

 tags

Ambient / July Skies / Pop / Rocket Girl

 liens

July Skies
Rocket Girl

 autres disques récents
Russ Young
Pala (EP)
(Audiobulb)
The Star Pillow
Music For Sad Headbangers
(Midira Records)
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)

La sortie à l’hiver 2001 du très convaincant 7" At the Height of Summer de July Skies (alias Antony Harding, par ailleurs membre d’Avrocar) sur le label Roisin permettait d’ajouter un artiste de plus à la petite galaxie regroupant déjà Avrocar, Yellow6 ou Portal. Ayant été signé entre temps sur Rocket Girl (choix extrêmement cohérent s’il en est, le label londonien cultivant, comme l’artiste, la double influence Sarah-4AD), July Skies passe brillamment l’épreuve du premier album avec ce très beau Dreaming of Spires.

En ouvrant par Coastal Stations, extrait du 7", Antony Harding nous fait entrer de plein pied dans son univers : guitare aérienne et caressante, voix pastel et réverbérée, atmosphère cotonneuse et réconfortante. Constitué aussi bien de titres chantés que d’instrumentaux, Dreaming of Spires s’écoule tranquillement, les titres s’enchaînant de manière apaisée, tel un léger ruisseau venant bercer le calme d’une clairière.
Faisant se superposer nappes de synthé éthérées et douces notes de guitare cajolant harmonieusement nos sens, les productions de July Skies vont directement au cœur, mais sans affectation superflue ni ostentatoire.
Phénomène suffisamment inhabituel pour être signalé : on regrette parfois la courte durée de certains titres. En effet, les morceaux dépassent rarement les trois minutes alors qu’on aimerait de temps en temps les voir s’étendre un petit peu plus.

Bien sûr, on ne manquera pas de citer Slowdive (la pochette remercie d’ailleurs Neil Halstead "who started a dream"…) ou Durutti Column et les esprits chagrins fustigeront le manque d’originalité ; mais nous préférons, pour notre part, nous replonger bien vite dans l’album d’Antony Harding, qui vient parfaitement s’insérer au milieu de ceux de ses comparses Scott Sinfield (Portal) et Jon Attwood (Yellow6).

François Bousquet
le 13/06/2002

À lire également

Füxa
Electric Sound Of Summer
(Rocket Girl)
16/03/2007
Meeting People Is Easy
(Librairie-Galerie "En)
Avrocar
Against the Dying of Light
(Make Mine Music)
V/A
These Waves...
(Sound in Silence)