Phonem

Ilisu

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

20/03/2002

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / Morr Music / Phonem

 liens

Morr Music

 autres disques récents
Haythem Mahbouli
Catching Moments In Time
(Schole)
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)

Phonem s’est fait remarquer avec son précédent album, Hydro Electric paru il y a déjà 2 ans chez Morr Music, et qui mêlait habilement rythmiques concassées difficiles d’accès et mélodies pop. Ce nouvel album était donc très attendu, trop peut-être.

On retrouve les mêmes éléments avec le premier morceau, Ilisu, sur lequel il n’y a rien à redire. Rythmique extrêmement dense sur laquelle se posent des mélodies classieuses aux notes savamment distillées. Dans un style similaire on trouvera Displacement, plus calme mais tout aussi réussi, en particulier au niveau mélodique.
Entre ces deux morceaux, Water Rights et Euphrates ne surprennent guère mais paraissent plus fades avec des mélodies plus anodines qui semblent flotter indépendamment de la partie rythmique.

Dans un deuxième temps s’amorce une nouvelle direction, plus calme, sans la violence et la richesse produite par le concassage qui sert de rythme.
Un morceau ambient avec Tigris qui initie un travail sur les textures et le collage de samples qui se prolonge avec War By Other Means, sans mélodie, uniquement composé de rythme et d’une nappe en arrière plan. Celui-ci s’enchaîne avec Thrist qui lui ne contient pas de rythme. Texture, grésillements et petite mélodie agréable mais pas renversante.

Alors que le minimaliste est à l’honneur depuis quelques temps en ce qui concerne l’esthétique et le contenu des pochettes de disque, Phonem se fait remarquer avec un long texte engagé à l’intérieur du digipack, exposant le problème de la création de la plus grande centrale hydro-électrique de Turquie. Celle-ci risque alors d’engloutir près de 200 villages, des sites archéologiques et religieux.
Le dernier morceau de l’album (qui ne figure pas sur le tracklisting) est uniquement composé de samples de voix qui exposent ces faits : journaux télévisés, hommes politique, associations de défense de l’environnement.
On se dit alors que le titre de son précédent album n’était pas le fruit du hasard.

Le bilan est finalement mitigé avec un album agréable mais qui à part 2 ou 3 très beaux morceaux ne retient pas vraiment notre attention.

Fabrice ALLARD
le 02/07/2002

À lire également

Mikael Lind
Intentions And Variations (EP)
(Morr Music)
The Go Find
Miami
(Morr Music)
The Go Find
Brand New Love
(Morr Music)
Radical Face
Ghost
(Morr Music)