The Remote Viewer

Here I Go Again

(City Centre Offices / La Baleine)

 date de sortie

03/06/2002

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

City Centre Offices / Electronica / The Archivist / The Remote Viewer

 liens

The Remote Viewer
City Centre Offices

 autres disques récents
Colorlist
Full Circle
(Serein)
Adam Basanta
Intricate Connections Formed Without Touch
(Kasuga Records)
Geir Sundstøl
Brødløs
(Hubro)
Axel Rigaud
Transformation
(n5MD)

Peut-être le plus connu des side-projects des membres de Hood, The Remote Viewer composé de Craig Tattersall et Andrew Johnson, par ailleurs également membres de The Famous Boyfriend, voit son deuxième album sortir sur City Centre Offices, le label mancunien prenant, ainsi, la suite de 555.

Bien que ses auteurs aient quitté le groupe de Leeds, on retrouve, dans le climat général de Here I go again on my own, des évocations de la musique de Hood : mélange d’instruments et d’apports électroniques discrets, ambiances claires-obscures languissantes, continuelles touches d’innocence et de mélancolie. Extrêmement évocatrice, la production de The Remote Viewer l’est également par les titres des morceaux. I climbed a mountain, The Sound of a Finished Kiss, Snow it falls on ou Drunken Noise sont, en effet, autant d’appels à l’imaginaire et l’inconscient de chacun.
Installant avec précision chaque morceau, superposant doucement ici une guitare en finger-picking, là un piano arpégé à des textures composées de basses profondes ou de petits beats, Tattersall et Johnson parviennent à inculquer un véritable souffle intérieur à leurs titres. L’utilisation d’un banjo, une ligne de chant subtilement murmurée ou une rythmique un peu plus présente permettent au duo de nous emmener paisiblement vers des rivages où le temps n’a pas de prise, où leur douce musique touche délicatement et directement nos cœurs, nous enveloppe de son émouvante volupté et nous transporte de bonheur.

Réussissant sans problèmes à marier électronique et acoustique, froideur apparente des machines et chaleur des atmosphères créées, The Remote Viewer signe un très bel album dont la magie opèrera encore longtemps sur nous et qui confirme, si besoin était, l’excellence des choix de sorties du label de Taddi Herrmann.

François Bousquet
le 29/08/2002

À lire également

I’m Not A Gun
Solace
(City Centre Offices)
Xela
Tangled Wool
(City Centre Offices)
The Sea
The Boats are in the Bay
(Music Related)
Giardini Di Mirò
Il Fuoco
(City Centre Offices)