Melmac / Don Nino

 date du concert

14/12/2001

 salle

Instants Chavirés,
Montreuil

 tags

Don Nino / Instants Chavirés / Melmac

 liens

Melmac
Instants Chavirés

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Il fallait être plein d’envie pour se rendre par le froid glacial de ce vendredi de décembre dans la salle de la rue Richard Lenoir. Nous y allions surtout pour voir Melmac, duo parisien, apprécié sur disque, mais plus encore sur scène. Don Nino, le groupe de Nicolas de Prohibition complétant l’affiche.

Les frères Reverter, installés au-dessus de la porte d’entrée des Instants Chavirés nous livrèrent ce soir-là le meilleur concert qu’on ait vu d’eux à ce jour, le duo progressant à chaque prestation depuis que nous les suivons. Luc et Nicolas se faisaient face, chacun prenant puis posant une guitare, s’affairant sur un sampleur ou une pédale d’effets. L’originalité du groupe est de se servir en plus de ces "instruments" traditionnels de divers instruments plus ou moins connus, plus ou moins insolites : ainsi, l’apport d’un glockenspiel, que Nicolas introduisit fort bien au sein des nappes de guitare, ne nous étonna pas véritablement, tandis que l’utilisation d’une boîte à musique enfantine ou d’un drôle d’objet en bois à lamelles métalliques produisant des sons proches d’un piano-jouet fut davantage surprenante.
Pendant que de douces mélodies s’échappaient de ces instruments, les guitares étaient soit arpégées dans un style peu éloigné de Labradford, soit jouées à l’aide d’un tournevis provoquant un effet proche du theremin cher à GYBE ! De temps à autre, des boucles de voix samplées venaient s’insérer de manière quasi hypnotique. Parmi elles, on retiendra celle-ci, symbole de cette belle prestation : "en planant, on se fait moins chier".

Ensuite, Don Nino investit la véritable scène accompagné de son backing band habituel : Lori Chun Berg et Shane Aspegren. Ce concert fut l’occasion d’inviter de nombreux amis du groupe à les rejoindre : Quentin Rollet au saxophone alto, F.Lor à la contrebasse, Wilfried au chant pour quelques titres et les frères Herman Düne. Trop rarement intéressant (quand l’ensemble de la petite troupe jouait notamment), le set nous parut vite ennuyeux, voire difficilement supportable quand la post-pop se transforma en free jazz foutraque.

François Bousquet
le 15/12/2001

À lire également

Melmac
Le Désert Avance
(Ronda)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)
07/07/2015
Melmac
(Pop In)
02/02/2011
Red / Benoit Pioulard /
(Flèche d’Or)