Apparat

Tttrial and Eror

(Shitkatapult / La Baleine)

 date de sortie

00/03/2002

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Apparat / Electronica / Shitkatapult

 liens

Apparat
Shitkatapult

 autres disques récents
Lorenzo Balloni
創生の最果て
(Murmur Records)
RX-101
Like Yesterday
(Suction Records)
Sevenism
Saline Celestial
(Naviar Records)
Nonturn
Territory
(Audiobulb)

C’est seulement quelques mois après la sortie de l’excellent Multifunktionsebene que sortait ce long Ep, toujours chez les allemands de Shitkatapult. Un disque dans la lignée de l’album, mais qui s’oriente vers un son plus aéré, abandonnant les accents dub du précédent au profit, comme son titre le suggère, de bugs, de plantages d’ordinateur, et d’erreurs de manipulation.

Comme sur Multifunktionsebene, on n’est jamais très loin d’Autechre. First Try et Shutdown, les titres d’ouverture et de clôture en étant de superbes exemples : rythmique mécanique, dure, se partageant le terrain avec des mélodies plus mélancoliques les unes que les autres, le premier étant très rythmé, le dernier mêlant une rythmique agressive à de douces mélodies. On regrettera juste que ceux-ci ne soient que des interludes d’une ou deux minutes.
A côté de ça, quelques titres semblent manquer d’originalité. Certes très agréable, ils sont toujours les bienvenus, mais First Eror rappellera par exemple Fizzarum avec sa rythmique régulière et appuyée, tandis que c’est à Phonem que l’on pense quand on écoute Nato. Ce dernier séduit toutefois quand la mélodie devient aussi frénétique que le rythme, semblant explorer de nombreux chemins possible, revenir en arrière pour repartir sur une autre voix.

Mais la nouveauté et l’originalité se situent ailleurs. Sur Pressure par exemple puisque la mélodie de morceau est habilement assurée par un saxophone feutré, ce qui pourrait surprendre, mais celui-ci est parfaitement intégré et apporte une certaine chaleur, ou douceur bien agréable, d’autant plus que le son de celui-ci devient de plus en plus clair au fil du morceau.
C’est dans cette ligné que s’inscrit Abs, très orchestral puisque l’on devine des cordes, des cuivres, et même une imitation de clavecin qui tisse une nappe ondulante sur une rythmique très dure.

Un disque qui ne décevra pas les fans d’Apparat s’il y en a, et qui devrait séduire les amateurs du genre.

Fabrice ALLARD
le 03/02/2003

À lire également

Frank Bretschneider
Lunik
(Shitkatapult)
17/05/2002
Apparat
(Batofar)
Frank Bretschneider
Komet
(Shitkatapult)
Judith Juillerat
Soliloquy
(Shitkatapult)