Mago

Definition of Raw Moments From a Different Perspective

(Ad Noiseam / Nuit & Brouillard)

 date de sortie

04/11/2002

 genre

Electronique

 style

Electronica / Industriel

 appréciation

 tags

Ad Noiseam / Electronica / Industriel / Mago

 liens

Ad Noiseam

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Mago est un duo suédois pas comme les autres, s’amusant des styles musicaux pour créer un univers propre, électronique avec quelques influences industrielles habilement distillées, tout en gardant une approche pop. Une pop sombre et chaleureuse même si elle s’appuie sur une certaine cold wave un peu datée mais qui bénéficie ici d’une production bien actuelle et même moderne.

Dès le premier morceau on est séduit par le mélange parfaitement maîtrisé. Quelques notes de piano, une lente mélodie lorgnant vers l’electronica, une sorte de mélodica légèrement saturé et des voix qui restent au second plan, noyés dans des effets de saturation. La rythmique est légère, construite sur une batterie et ponctuée de glitchs discrets (crissements, chuintements, craquements saturés). Si ce mélange fonctionne, c’est parce que le dosage de chaque élément est juste, chaque instrument trouvant sa place et sa raison d’être.
Tous les morceaux sont à peu près aussi riches, les ambiances étant quant à elles variées en fonction de l’importance de telle ou telle composante. Ainsi Like Sand Ships Through My Fingers est plus pop avec la voix présente sur l’ensemble du morceau, une voix sombre et feutrée qui sait se faire rageuse et écorchée quand la rythmique devient tribale et les textures saturées omniprésentes. Pop également mais avec des influences industrielles à leur apogée sur Thought There Was More To Come débutant par une longue intro dark-ambient faite de petites notes de piano, d’une nappe granuleuse pour un final chanté d’une voix caverneuse sur une superbe rythmique métallique.

Mais ces passages un peu plus durs, s’ils sont parfaitement travaillés, restent anecdotiques sur un album plutôt doux. Les mélodies sont souvent basées sur des nappes continues et sinueuses, que ce soit via un son électronique proche de la flûte sur Your Mind Blew Across the Grass in Ripples, des sonorités plus électroniques sur d’autres morceaux, ou un ensemble de cordes mélancoliques sur In Between World.
Cet univers soyeux cache pourtant des trésors malsains avec parfois quelques sonorités saturées créant une tension, ou des voix lointaines, qui semblent provenir de l’au-delà, captées sur des ondes radio.
Le disque se clôture sur Infinite, long titre de minutes dont les deux premiers tiers forment une longue intro ambient faite d’orgue et d’une rythmique légèrement tribale qui bénéficie d’un effet de distorsion sur une lente montée finale.

Amateurs d’electronica, d’ambient, de musiques industrielles et de Fennesz, ce disque est fait pour vous. En deux ans de travaille les deux compositeurs ont fait la synthèse de 20 ans de musique électronique pour élaborer cet univers personnel rassemblant certainement toutes leurs influences.

Fabrice ALLARD
le 29/03/2003

À lire également

28/09/2012
Ad Noiseam Showcase (...)
(Batofar)
Cordell Klier
Winter
(Ad Noiseam)
Raoul Sinier
Guilty Cloaks
(Ad Noiseam)
Cordell Klier
Apparitions
(Ad Noiseam)