Performance #2 : Encre / Acetate Zero

 date du concert

19/12/2001

 salle

Guinguette Pirate,
Paris

 tags

Acetate Zero / Encre / Guinguette Pirate

 liens

Acetate Zero
Encre
Guinguette Pirate

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Le label Intercontinental, réputé pour ses 10" de qualité (Gel :, Acetate Zero), organise depuis le mois dernier des soirées mensuelles, appelées Performance, regroupant des artistes du label, ou proches de celui-ci. La deuxième du nom a lieu ce soir à la Guinguette Pirate avec deux groupes français de qualité : Acetate Zero puis Encre.

On arrive un peu en retard et rate malheureusement la moitié du set d’Acetate Zero, groupe attachant et déjà apprécié sur disque, notamment au détour d’un EP (Pieces in trouble) sur Arbouse recordings contenant des remixes par Rothko ou Köhn. Le quatuor navigue aisément d’un instrument à l’autre, chacun jouant tour à tour de la guitare, de la basse ou même de la batterie. Sur fond d’arpèges de guitare, la musique produite est tantôt rageuse, lorsque l’autre guitare apporte son flot de distorsion, tantôt mélancolique, quand la jeune femme du groupe pose délicatement sa voix sur quelques notes égrenées par un de ses camarades.
Parfois, le tempo s’accélère et on est alors davantage proche de la power-pop que du post-rock à la Hood dont la majeure partie des compositions d’Acetate Zero se rapproche. Après quelques titres plus calmes, le groupe termine par un dernier morceau, caractérisé par des breaks de guitare et batterie qui nous rappellera fortement un titre de Mogwai.

Vient ensuite le temps d’Encre qu’on retrouve toujours avec plaisir dans sa formation maintenant habituelle : Yann Tambour au chant et à la guitare, King Q4 à la batterie, My Jazzy Child aux claviers et à la basse, un guitariste et une violoncelliste. D’entrée, on sent que le groupe a progressé : le violoncelle trouve une véritable place, la voix de Yann est plus présente... Le set, lui aussi, a évolué : ce n’est plus le même enfilage de titres que ce qu’on avait vu ces derniers mois. Les morceaux s’enchaînent plus harmonieusement et on se surprend à les redécouvrir, s’attardant, ici (Une Nuit à ciel ouvert), sur un arpège de guitare et de discrets accords au piano, là sur des notes de glockenspiel ou plus loin sur un sample de cuivres.
A l’instar de leur prestation à la Fnac St-Lazare, Encre sait maintenant varier l’intensité au sein même de ses morceaux, accélérer et décélerer le tempo, jouer des crescendo et descrecendo, stopper net la voix pour laisser place à des accords de guitare. Définitivement conquis par la meilleure prestation du groupe, nous quittons la jonque chinoise ravis par cette dernière soirée musicale de l’année 2001.

François Bousquet
le 27/12/2001

À lire également

08/02/2006
Acetate Zero / Rothko
(Guinguette Pirate)
Acetate Zero
Civilize the Satanists
(Arbouse Recordings)
07/04/2001
Festival L’Etalage : (...)
(Instants Chavirés)
Acetate Zero
Hesitation Blues
(Arbouse Recordings)