Aoki Takamasa

Indigo Rose

(Progressive Form / Mochi Mochi)

 date de sortie

00/02/2003

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Aoki Takamasa / Electronica / Progressive Form

 liens

Aoki Takamasa
Progressive Form

 autres disques récents
øjeRum
He Remembers There Were Gardens
(KrysaliSound)
Ocoeur
Inner
(n5MD)
Arve Henriksen
The Height Of The Reeds
(Rune Grammofon)
Pausal
Volume Flow
(hibernate)

Troisième album de Aoki Takamasa sur le label japonais Progressive Form, abandonnant la série des Silicom pour cet album aux coloris plus doux, sans forcément être sucrés. Peut-être plus calme que ses précédents albums, Indigo Rose reste dans le créneau ambient glacé, quoique...

S’il commence par un Cover Your Ears effectivement plutôt ambient, avec une mélodie répétitive composée de bleeps, son Dear People tient plus de l’electronica chaleureuse avec un chant passé au vocoder qui semble se perdre derrière les glitchs au fil du morceau. Ce même titre figurait sur la dernière compilation du label, Forma 1.02, et nous nous demandions alors si Aoki Takamasa avait changé de direction musicale.
Or cet Indigo Rose est la preuve que non. Les mélodies sont calmes et plus douces les unes que les autres, parfois même d’une pureté cristalline comme sur Hope, relevé d’une rythmique énergique et syncopée du plus bel effet, tout comme sur Wooden Piece avec un son plus métallique et des glitchs qui prennent de l’ampleur et brouillent la mélodie. On retrouve, parfois un peu à regret, ce même son de laptop, ces nappes aux grésillements métalliques, jusque sur There’s Not Much Left qui clôture l’album en y mêlant des samples de bruits d’eau.
Autre belle surprise, le présence de Noriko Tujiko au chant sur Pipe Tale - Indigo Rose. On avait déjà vu les deux japonais ensemble en live, et cet enregistrement est le fruit de cette collaboration réussie, entre electronica expérimentale, et l’esprit pop d’un chant qui nous rappelle immédiatement Bjork.

Indigo Rose est un superbe disque, peut-être le plus bel album d’Aoki Takamasa, le plus calme, dont les expérimentations et autres erreurs numériques sont véritablement au service des mélodies.

Fabrice ALLARD
le 04/05/2003

À lire également

10/02/2006
Festival FatCat 2006 (...)
(België)
22/09/2010
Quad #1 : Aoki Takamasa
(Rex Club)
Yoshihiro Hanno
9 Modules.+
(Progressive Form)
Aoki Takamasa
Constant Flow
(Svakt)