Ms. John Soda

While Talking (Ep)

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

06/10/2003

 genre

Rock

 style

Pop

 appréciation

 tags

Morr Music / Ms John Soda / Pop

 liens

Ms John Soda
Morr Music

 autres disques récents
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)

Décidément, les “groupes à chanteuse” signés chez Morr Music entreprennent de remonter la pente ces derniers temps : après la relative bonne surprise constituée par le dernier EP en date de Lali Puna, c’est au tour de Ms. John Soda de nous livrer un maxi plutôt moins décourageant que ses enregistrements passés.

Le duo nous avait, en effet, habitué à une électro-pop très lisse et assez ennuyeuse sur disque qui se paraît d’atours plus rock sur scène pour un résultat très peu recommandable. Le premier morceau de While Talking se rapproche, dans son son, des ambiances live du groupe mais, le mix studio aidant, sans le côté bouillie inaudible des prestations scéniques. Porté par des accords saccadés de guitare électrique et assez vite entraînant, No. One ne nous fait toutefois pas grâce de paroles à la limite du ridicule et de tics énervants (le décompte fait par Micha Acher entre deux salves d’accords : « number one » , « number two », etc...). Continuant de s’appuyer sur une guitare électrique (aux sonorités très proches d’Interpol, cette fois-ci), le groupe convainc davantage avec Sometimes stop, sometimes go, titre gentiment addictif qui met habilement en opposition la guitare et la voix saturée de Stefanie Böhm sur le couplet et le piano et la voix claire sur le refrain.

Plus loin, on ne manquera pas de saluer l’ambitieux I&#8217Subtle, membre du collectif Anticon, remixe et compile en un seul titre plusieurs morceaux de l’album de Ms. John Soda. Triturations et mise en boucle de la voix, ajouts de clicks et de samples de saxophones, bribes de dark hip-hop : la touche Anticon est immédiatement reconnaissable et donne un éclairage intéressant à des morceaux originellement bien ternes. Pour finir, If someone would know part d’une bonne idée (travailler notes de guitares détachées et textures à base d’accords de piano et poser dessus la voix de Stefanie Böhm) mais tourne bien vite à vide tandis que I think it could work, Marylin n’est rien d’autre que le niais récit d’une bluette godiche, idéale bande-son pour le Super 8 de vacances livré en vidéo sur le maxi.

François Bousquet
le 31/10/2003

À lire également

Tarwater
Spider Smile
(Morr Music)
Ms. John Soda
No p. or d.
(Morr Music)
Masha Qrella
Speak Low
(Morr Music)
Electric President
Sleep Well
(Morr Music)