Main - Oren Ambarchi - Rosy Parlane

 date du concert

21/03/2002

 salle

Fylkingen,
Stockholm

 tags

Fylkingen / Main / Oren Ambarchi / Robert Hampson

 liens

Main
Oren Ambarchi
Robert Hampson

 dans la même rubrique

Hier soir, était organisée, au Fylkingen à Stockholm, une soirée du label anglais Touch avec Rosy Parlane (UK, Nouvelle Zeland), Oren Ambarchi (Australie), Main (UK).
Étant arrivé en retard, on a malheureusement manqué la prestation de Rosy Parlane mais on me raconta qu’il s’agissait d’une superposition plutôt réussie de couches bruitistes avec laptop. Des siéges ont été installés dans la salle. Une petite centaine de personne a fait le déplacement pour cette soirée annoncée pratiquement à la dernière minute.

Vers 21h30, eu lieu le concert de Oren Ambrachi, un australien d’une trentaine d’année. Assis avec sur les genoux son étrange guitare décorée, il baigne dans une faible lumière rouge. Devant lui une table très éclairée sur laquelle sont placés un moogerflooger et un digital delay, sous la table, une pédale boomerang et des multitudes de pédales d’effets divers et variés. Ce clair-obscur crée une atmosphère étrange que sa musique amplifiera. L’attaque sonore sera très lente, des sons hachés et très espacés sortent des effets placés en aval de la guitare, le silence domine le début de sa performance.
Lentement ces sons secs se rapprochent et le volume sonore augmente. Au bout d’un moment une résonance semble se créer, les appareils ont l’air de fonctionner de façon autonome, l’artiste s’est arrêté de faire vibrer les cordes de sa guitare pour tourner les boutons de ses effets et l’ensemble des sons qui ont précédés sembles prisonniers des machines pour nous arriver de façon distordue. Les bruits se recouvrent, le silence n’est plus présent, on est progressivement enveloppés par cette atmosphère de sons découpés. Après avoir atteint son paroxysme, la tension diminue et rapidement on retourne dans le silence qui sera, cette fois, comblé par les applaudissements.

Une demi-heure plus tard, Robert Hampson (Main) pris sa place avec pour seul instrument un laptop. Toutes les lumières s’éteignirent et la seule source de lumière de la salle fut l’écran du laptop éclairant faiblement le visage tendu de Robert Hampson. On comprend vite que cette manœuvre a pour but de nous immerger complètement dans l’univers sonore qu’il commence à créer. La musique est constituée d’un mélange de sons concrets enveloppés de nappes bruitistes abstraites.
L’alternance de calme, de tension, de silence et de violentes décharges sonores, d’étranges voix recouvertes d’écho, des bruits industriels, créent d’innombrables images dans notre tête, nos sens sont en alerte et nous nous laissons guider dans cette atmosphère onirique où la notion de durée n’a pas sa place. Après un temps indéfini, la tension finit par retomber complètement, les lumières se rallument, l’artiste nous regarde avec une expression de satisfaction sur le visage que les applaudissements confirmeront.

Bertrand Caron
le 26/03/2002

À lire également

Tape
Operette
(CubicFabric)
07/06/2004
The 4 Gentlemen of (...)
(Instants Chavirés)
Sun
S/t
(Staubgold)
16/10/2002
Festival Wire 20 : (...)
(Instants Chavirés)