V/A

Construction Sonor

(Pro Helvetia / Metamkine)

 date de sortie

29/03/2004

 genre

Electronique

 style

 appréciation

 tags

Bo Wiget / eRikm / Fennesz / Günter Müller / Luigi Archetti / Monolake / Pro Helvetia

 liens

Monolake
eRikm
Fennesz
Günter Müller
Luigi Archetti
Bo Wiget
Pro Helvetia

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Voici un projet original conduit par Pro Helvetia qui n’est pas un label, mais la fondation suisse pour la culture. Le projet tourne autour de la construction, dans les Alpes, du plus long tunnel ferrovière au monde qui permettra de traverser les Alpes à grande vitesse. Le chantier est colossal et emploie des ouvriers d’une douzaine de nationalités. L’idée de ce double CD est dans un premier temps de récolter des sons aux environs des chantiers, puis de demander à divers artistes représentant autant de pays, d’utiliser ces enregistrements comme matière première à un morceau.

On passera rapidement sur le premier CD : un peu moins de 50 minutes de field recordings récoltés par le suisse Bernd Schurer. Bruits de machines bien sûr (perceuse, marteau-piqueur, système hydrolique, scieuses), mais aussi des discussions d’ouvriers prises dans un camion, une voiture qui klaxonne, ou le superbe souffle et drone qui sert d’introduction. Le tout forme ainsi un véritable témoignage sonore de ce chantier.
Mais l’intérêt est décuplé à l’écoute de ces constructions sonores à partir de sons pris sur les lieux de la constuction de ce tunnel, avec un large panel d’artistes. Sur ce genre de projet on s’attend à trouver des artistes très pointus, difficiles d’accès, et on est ici très surpris de voir se cotoyer Erik M ou Gunter Muller et Boris Blank de Yello. Pas d’inquiétude à avoir, la surprise est excellente. On trouve bien sûr quelques pièces de musique concrète, comme Night & Day & Night de Patrick Donzé, Frédéric Quennoz et Richard Jean, mais ils ont généralement tendance à utiliser des souffles et drones comme base sonore qui tend à flirter avec l’ambient. C’est le cas de Günter Müller et Tomas Korber qui mêlent bruitages et clicks, mais on retrouve cet aspect sur le très beau morceau d’Erik M, la lente montée de Luigi Archetti jusqu’au final presque noisy, et bien sûr Fennesz qui donne une teinte métallique et granuleuse à ses nappes.
L’intervention de vrais instruments apporte généralement une autre couleur. Balduin produit ainsi une sorte de jazz ludique, tout comme Drumpet qui s’aide de trompette, contrebasse sur une rythmique mécanique.

Mais près de la moitié des artistes s’écartent du pur travail de collage, et proposent des morceaux aux constructions plus classiques. Dans une veine sombre on placera Monolake, ambient moite et rythmique minimale, ou l’égyptien Mahmoud Refat avec un étonnant Flapping Motion à la rythmique sourde presque tribale, des sonorités étonnantes, des grincements de machines qui se font mélodiques. Rythmiques en avant pour Intricate, Seelenluft et un Dirty Diggin presque dansant, tandis que Boris Blank réussi un superbe mélange entre sons concrets et synthés, tout en donnant une étonnante teinte mélodique à des bruitages. Pour finir, encore des suisses avec Table qui concluent magnifiquement le disque de manière très orchestrée : rythmique, claviers, guitare et cordes. Un résultat original et mélancolique au sein duquel s’immiscent quelques sonorités concrètes.

En dehors de l’originalité du projet, de la qualité du travail effectué par chacun de ces artistes, on sera amusé de voir comment chacun s’approprie ou contourne la difficulté pour au final toujours retombersur une musique qui lui est propre.

Fabrice ALLARD
le 06/07/2004

À lire également

18/02/2012
Monolake / Farben / (...)
(Recyclart)
V/A
Signal to Noise vol.4
(For 4 Ears)
Fenn O’Berg
In Stereo
(Editions Mego)
04/04/2008
Robert Henke & (...)
(Centre Pompidou)