I’m not a Gun

Our Lives on Wednesdays

(City Centre Offices / La Baleine)

 date de sortie

20/09/2004

 genre

Rock

 style

Electronica / Post-Rock

 appréciation

 tags

City Centre Offices / Electronica / I’m Not a Gun / Post-Rock / Takeshi Nishimoto

 liens

City Centre Offices
Takeshi Nishimoto

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Un an et demi après leur premier album, I’m not a Gun, le duo formé par John Tejada et Takeshi Nishimoto, revient avec Our Lives on Wednesdays, toujours sur City Centre Offices.

Enregistré uniquement les mercredis, le disque apparaît comme plus riche dans ses instrumentations et plus ambitieux dans ses intentions que Everything at Once : intégration plus importante d’éléments électroniques, rythmiques synthétiques plus élaborées, basse plus manifeste, risque de dérive lounge écarté. Plus largement, le duo américano-japonais semble avoir su s’extraire du post-rock très marqué dans lequel il s’était installé dans le premier album pour se diriger plus nettement vers une electronica mâtinée d’influences jazz (notamment dans la structure des morceaux avec ces successions de soli ou dans le son des guitares).
Néanmoins, les velléités post-rock ne sont jamais très loin et les musiciens maîtrisent toujours aussi bien ces savoureux déliés de guitares et ces subtiles superpositions de six-cordes (Slowly Discovering) ; partant, il arrive qu’I’m not a Gun retombe dans certains travers du disque précédent (Off in the Distance, sa batterie trop en avant et son léger sentiment de plagiat ; Champion, ses roulements de batterie et sa guitare saturée lourdauds). Mais le duo semble, dans cet album, décidé à capitaliser sur ses points forts et nous offre ses meilleurs titres quand les éléments électroniques prennent une part plus importante ou que les guitares voient leurs notes traitées informatiquement.

Globalement plus convaincant, donc, que leur premier effort, ce deuxième album d’I’m not a Gun nous fait également croire en un troisième complètement débarrassé des petites tares que l’on trouve encore dans leur musique et sachant tirer pleinement parti de leurs qualités.

François Bousquet
le 21/09/2004

À lire également

Marsen Jules
Les Fleurs
(City Centre Offices)
Static
Flavour has no Name
(City Centre Offices)
Swod
Sekunden
(City Centre Offices)
Porn Sword Tobacco
New Exclusive Olympic Heights
(City Centre Offices)