Acetate Zero / Sink / Arco

 date du concert

27/04/2002

 salle

Nouveau Casino,
Paris

 tags

Acetate Zero / Arbouse Recordings / Arco5 / Nouveau Casino / Sink

 liens

Acetate Zero
Sink
Arbouse Recordings
Nouveau Casino

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)

Ayant déjà pu apprécier le label Arbouse Recordings via ses diverses sorties : Acetate Zero, le split EP SchneiderTM/Alc Levora et surtout la compilation Bucolique vol. 1 ; on avait été très intéressés par l’annonce d’une soirée consacrée au label avec la prestation de trois groupes : Acetate Zero, Sink et Arco.

Quatuor parisien remarqué pour ses disques et surtout son concert en première partie d’Encre à la Guinguette Pirate, Acetate Zero ouvrit le feu devant un public plus qu’épars (une trentaine de personnes tout au plus). D’entrée, on sentit comme un malaise : les morceaux nous parurent expédiés, les temps d’accordage et de réglage entre chaque titre étonnamment longs, les musiciens stressés. Peut-être était-ce dû au son relativement approximatif (la basse, notamment, était beaucoup trop forte), à l’absence de public ou à l’empressement apparent de l’équipe du Nouveau Casino d’en finir avec cette soirée et de laisser place aux clubbeurs-consommateurs ?
Par ailleurs, les morceaux interprétés ce soir ne nous convinrent pas outre mesure, semblant tous se ressembler. On ne retrouva pas l’alternance mélancolie/fougue qu’on avait tant aimé il y a quatre mois. Un titre toutefois sortit du lot, extrait du deuxième album du groupe à paraître à l’automne : sur un doux arpège de guitare, une flûte traversière vint poser quelques notes apaisées et la section rythmique se mit discrètement en place avant qu’au milieu du morceau les guitares ne saturèrent.

Après cette déception (qui sera infirmée très vite, sans aucun doute) vint le tour de Sink, jeune artiste electronica dont le premier album sortira dans quelques semaines sur Arbouse. Débutant son set par une electronica mélodique relativement calme et classique (on pensa alors à Phonem pour le mélange entre nappes en arrière-plan et rythmique soutenue) mais pas inintéressante, il bascula peu à peu vers des passages plus faciles et dansants et fut rejoint par Arco aux synthés pour un dernier morceau à la tonalité très 80’s. Restant sur une impression mitigée concernant l’ensemble du set, on attendra l’album pour se prononcer véritablement sur cet artiste.

Une fois que Sink eut quitté la scène, Arco resta seul en place et clôtura la soirée par un set nous rappelant les heures (difficiles pour nous) de l’eurodance allemande : plages de synthé, voix féminine ânonnante, basse sursaturée, rythmique binaire et simpliste. Habile transition avant la "transformation" de la salle en discothèque, tentative de capter les clubbeurs qui commençaient à pointer leur nez ou véritable démarche artistique ? Penchant plutôt pour les premières solutions, nous laissâmes là le Nouveau Casino.

François Bousquet
le 29/04/2002

À lire également

V/A
Bucolique Vol.1
(Arbouse Recordings)
Inlandsis
Premiers Froids
(Arbouse Recordings)
21/02/2004
Isan - Arco5
(Triptyque)
V/A
Advent
(Parvoart Recordings)