My Jazzy Child

I Insist

(Clapping Music / Chronowax)

 date de sortie

05/11/2004

 genre

Electronique

 style

Electronica / Pop

 appréciation

 tags

Clapping Music / Electronica / My Jazzy Child / Pop

 liens

My Jazzy Child
Clapping Music

 autres disques récents
Haythem Mahbouli
Catching Moments In Time
(Schole)
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)

A peine un an après Sada Soul, Damien Mingus nous revient, toujours chez Clapping Music, pour un deuxième album encore une fois surprenant vu le court laps de temps qui le sépare du premier opus. Mais c’est aussi une bonne surprise puisque I Insist fait le lien entre ce premier album pop et les concerts qui nous ont permis de le découvrir dans un registre plus expérimental.

I Insist est un album qui pourrait déranger si le public de My Jazzy Child était bien ciblé. Mais on suppose qu’il s’agit d’un public ouvert s’intéressant à la musique sous toutes ses formes, et qui ne sera pas perturbé outre mesure par cette alternance de pop songs douces et mélancoliques, et de pièces instrumentales avec un laptop pour chef d’orchestre. Il se trouve que cette alternance passe d’ailleurs très bien puisque si la technique change sans cesse, l’ambiance reste sensiblement la même, douce, parfois même nonchalante. Il se trouve aussi que les morceaux instrumentaux, plus expérimentaux sont d’une telle beauté que quitter la pop douce et un peu plus légère de Special Day pour les expérimentations craquantes (au sens propre comme au figuré) de AS09 Vs. AS13 ne pose aucun problème, bien au contraire !!

On retrouve ici des noms connus issus de la grande famille Active Suspension / Clapping Music, avec Noak Katoi dont la voix se fait passer à la moulinette sur No Aka Toy, Sonia Cordier (présente sur scène avec Encre) et son superbe violoncelle marqué de gouttelettes de glockenspiel et de voix feutrées sur It Hurts So Good, Concertmate (projet dont fait partie Damien) et leurs claviers-jouets qui se font mélancoliques sur Concertmate Plays , et tout se petit monde réuni avec encore Colleen et O.Lamm sur Old Accoustic Tension qui nous fait penser à la B.O. d’un western à petit budget.
Ceux qui ont aimé Sada Soul se retrouveront peut-être plus sur les chansons plus épurées, simples et tristounes, où voix et guitare suffisent à tout dire, même si elles sont parfois aidées par de discrets éléments électroniques comme un souffle donnant un cachet lo-fi à des chansons comme The Actress ou Yesterday Was A Men.
Mais on préférera quand même la nouveauté qu’apporte ce deuxième album, que ce soit avec AS09 Vs. AS13, déjà évoqué plus haut, The Brand New Testament, très bel interlude qui laisse la part belle à un piano minimaliste, ou I Can Always Love U, fragile composition au laptop à partir d’éléments acoustiques, voix, boite à musique, formant une sorte de rêverie enfantine. Pour n’effrayer personne, une pièce de plus de 15 minutes se trouve cachée en fin de disque : drone électronique façon orgue nasillard, cordes qui prennent de l’ampleur et viennent étoffer cette nappe, puis une petite mélodie faisant penser à un accordéon fait son apparition tout en restant submergée par les drones, et les cordes qui deviennent plus graves pour un final faisant penser à des lamentations.

Dans la lignée de Sada Soul tout en y intégrant autre chose, My Jazzy Child nous offre ici un album surprenant mais certainement plus proche de son vaste univers musical, et on préfère ça.

Fabrice ALLARD
le 14/01/2005

À lire également

17/02/2002
Kow-Mori / Concert (...)
(Galerie Eof)
V/A
Variable Access
(Active Suspension)
03/12/2015
Soirée Clapping Music (...)
(Espace B)
My Jazzy Child
Sada Soul
(Clapping Music)