Hood / M83

 date du concert

06/05/2002

 salle

Café de la Danse,
Paris

 tags

Café de la Danse / Gareth S Brown / Hood / M83 / The Archivist / The Declining Winter / The Remote Viewer

 liens

The Remote Viewer
Hood
M83
Café de la Danse
The Declining Winter
Gareth S Brown

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Double affiche prometteuse ce soir au Café de la Danse. On commence avec M83, vu une première fois sur scène à la Route du Rock l’an passé ; on les retrouve ce soir dans la même configuration : l’un aux claviers, l’autre passant du clavier à la guitare. On regrettera, par rapport à leur prestation malouine, la faible utilisation de cette dernière. En effet, seuls le premier et le dernier morceau (figurant parmi les meilleurs, comme par hasard) en comportaient, permettant au groupe d’acquérir la densité qui fait défaut, par ailleurs, à leurs titres sympathiques quoiqu’un peu répétitifs et par trop superficiels. Un trop grand nombre de rythmiques et sonorités 80’s vinrent ainsi malheureusement battre en brèche les bonnes intentions (mélodies aguicheuses, utilisations astucieuses de samples vocaux, passages saturés prenants) du duo.

Commençant leur set par les trois premiers morceaux du dernier album, les quatre membres de Hood installent d’entrée leur habile mélange entre post-lo-fi ténébreuse et samples dark hip-hop, notamment ceux, terriblement efficaces de Branches Bare. Continuant par des titres extraits de The Cycle of Days and Seasons et du EP Home is where it hurts, on remarqua ici des samples de cuivre, là le dépouillement et l’épure d’une chanson où un simple dialogue guitare-toms de batterie se remplit d’une émotion pure, plus loin la voix de Richard samplée en direct. Parfois, une décharge d’électricité vient se loger en plein milieu d’un morceau calme en apparence, mais elle n’est nullement agressive, elle serait plutôt teintée d’une mélancolie sereine. Avec Norfolk en rappel, le groupe termina sur une note plus rageuse, fort bienvenue et quelque peu auto-dérisoire en même temps : Richard coupa sec le solo de guitare ("we don’t do guitar solos"), avant de sauter comme un cabri et de retomber sur sa pédale de distortion. En définitive, un concert empli de grâce et qui su captiver l’ensemble du public présent.

François Bousquet
le 08/05/2002

À lire également

The Boats
Verbs Are Not Enough
(Our Small Ideas)
The Sea
The Boats are in the Bay
(Music Related)
29/11/2001
Low / Hood
(Nouveau Casino)
The Boats
River Calder (EP)
(Flaming Pines)