COH / AGF / Jasch / Hecker / Ilios / Marcus Maeder

Transient Travels

(Domizil / Metamkine)

 date de sortie

25/05/2005

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

AGF / COH / Domizil / Expérimental / Hecker / Ilios / Jasch

 liens

Hecker
Jasch
Ilios
AGF
Domizil

 autres disques récents
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)

Transient Travels est une agence de voyage temporaire, créée à l’initiative de Pro Helvetia (Fondation Suisse pour la Culture) et des World New Music Days 2004. Deux artistes, Jan Schacher et Marcus Maeder, ont été commissionnés pour monter un projet artistique basé sur le voyage, et le train en particulier. Pour se faire, une exposition a été montée dans un train qui se déplaçait de ville en ville en novembre 2004, avec à son bord quelques invités comme COH, AGF, Florian Hecker ou Ilios, chacun ayant produit une pièce en rapport avec le thème du projet. Ce disque est aujourd’hui un témoignage de cette expérience sonore.

Qu’est-ce qui se cache derrière ce concept ? Assez logiquement on trouve une musique expérimentale, sans concession, et que le concept n’aide pas vraiment à appréhender, certains artistes donnant l’impression d’avoir mis celui-ci un peu de côté. En effet les notes de pochette permettent à chacun de s’exprimer sur son travail, et Florian Hecker par exemple nous parle uniquement de sa méthode de composition et semble avoir oublié qu’il devait composer une pièce évoquant une journée ou un voyage sonore. Du coup il reste très proche de ses productions habituelles, ultra-expérimentales, entre sinusoïdes et bruits colorés en utilisant de savantes équations mathématiques pour produire ses bruits. Même remarque pour Jasch (Jan Schacher), très appliqué pour décrire comment il a produit cette pièce, via divers traitements en temps réel de sonorités concrètes, mais pour qui la notion de voyage reste abstraite. On appréciera toutefois son travail, avec une pièce très électro-acoustiques, donnant vraiment l’impression d’être jouée en direct, et en grande partie improvisée.
Ce besoin d’intellectualiser l’art, à se demander si ce n’est pas uniquement pour rendre crédible ce qui ne l’est pas forcément, tend parfois à chercher des explications un peu tirées par les cheveux. C’est le cas de Marcus Maeder qui compare l’aspect topographique d’un paysage à la notion de paysage sonore (soundscape) et se concentre sur trois types de paysages : fracturé dans une première partie composée de samples hachés, aride ensuite avec des textures bruitistes, pour finir dans une infinie plaine ambient. Une réussite qui n’a nul besoin de trouver une raison d’être dans des explications alambiquées.

Ce sont donc les trois autres artistes qui retiennent notre attention. On reconnaîtra qu’AGF s’en sort par une pirouette avec son Trainen Fluss qui ne reflète pas un voyage sonore, mais qui est fait pour être écouté dans le train en regardant le paysage défiler. Une pièce assez surprenante, où la voix de l’Allemande est quasiment absente, et ou l’acoustique (piano, violon) est dominante, bien que retravaillée ensuite par des machines. Si les explications de COH ne nous convainquent guère, son Ki-Netic est assez séduisant, nous permettant de retrouver son style minimal et des souffles frétillants assez proche du bruit d’un train qui passe, une note évoquant une alarme, un drone faisant penser au passage dans un tunnel. Certainement le morceaux le plus narratif, sans pour autant que cette narration paraisse évidente pour qui n’est pas au courant du projet sous-jacent.
On terminera avec le Grec Ilios qui nous parle d’un souvenir, un jour sur le quai d’une gare, avec tous les bruits environnants : les corbeaux sur les toits, la tension dans la foule, le tic-tac de l’horloge, le ronronnement des moteurs. Il essaye de recréer tout ça comme un vague et lointain souvenir ou tout s’emmêle : les sonorités sont vagues, abstraites, s’étendent à l’infini, et forment de longues nappes superposées, une longue et belle pièce ambient.

Vous l’aurez compris, on n’est pas complètement convaincu par ce disque qui, en dehors de quelques exceptions, ne va pas beaucoup plus loin que le concept qui est à son origine. Cela dit les fans d’un de ces artistes se précipiteront dessus afin d’écouter ces raretés.

Fabrice ALLARD
le 24/07/2005

À lire également

COH
Mask of Birth
(Mego)
09/05/2009
Warp 20 : Aphex Twin (...)
(Cité de la Musique)
05/04/2003
Festival ATP 2003 : (...)
(Camber Sands)
30/05/2005
Carl Stone / Ilios
(Instants Chavirés)