Grouper

Way Their Crept

(Free Porcupine Society / Import)

 date de sortie

14/11/2005

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Free Porcupine Society / Grouper

 liens

Grouper
Free Porcupine Society

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Label soucieux d’offrir des sorties au packaging classieux, fait à la main, à l’encre rehaussée, Free Porcupine Society nous propose le premier album de Grouper, alias la californienne Liz Harris, accompagné, pour l’occasion, d’un petit livre de dessins réalisés par l’artiste elle-même.

Distillant une musique aux confins de l’ambient et de la pop éthérée, l’états-unienne pose des vocalises évanescentes sur des nappes de synthés et guitares occasionnellement agrémentées de traitement électroniques (Close Cloak). Alors que la majeure partie du temps, le travail se fait sur le feedback des six-cordes, elles se voient parfois affublées d’une distorsion (Second Skin-Zombie Wind) pour un résultat qui rappelle, à l’évidence, des formations signées sur Kranky. Mais, pour autant, on ne retrouve pas ici la tension contenue, prêt à exploser, que l’on rencontre chez ces groupes ; peut-être est-ce du au mixage qui semble nimber d’un voile l’ensemble des pistes, instrumentales comme vocales, et établit alors une certaine distance entre la musique et l’auditeur ?

De la même manière, ce dernier aura un peu de mal à pleinement pénétrer l’univers de Grouper car les neuf morceaux de l’album (à une exception près) ne dépassent pas les cinq minutes, là où le genre appellerait plutôt une mise en place par « plateaux » avec des progressions mais également des passages où la structure reste statique et agit par boucles afin de pouvoir s’imprégner de la musique produite. Paradoxalement, car cela pourrait sembler incompatible, on regrettera aussi la trop grande ressemblance entre les différents titres de l’album, conçus en grande partie sur un canevas identique et faisant appel aux même ressorts (paroles difficilement perceptibles, contraste entre la clarté de la voix de Liz Harris et la noirceur des arrangements, réverbération maximale).

Néanmoins, Way their Crept reste un disque de genre relativement honnête qui ne parvient certes pas à transcender celui-ci, ni à s’élever au-dessus du reste de la production, mais ne s’avère nullement honteux, recelant même quelques moments de grâce comme le caudal et dépouillé Where it Goes.

François Bousquet
le 29/01/2006

À lire également

03/05/2015
Grouper
(Teatro Maria Matos)
23/03/2012
Grouper
(Gaîté Lyrique)
26/05/2015
Festival Villette Sonique
(Philharmonie 2)