V/A

London Electrics Volume One

(London Electrics / Import)

 date de sortie

24/10/2005

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Benge / Blamstrain / Bovaflux / Digitonal / Electronica / Fisk Industries / Jacen Solo / LJ Kruzer / London Electrics / Posthuman / Vessel / Yellotone

 liens

Benge
Vessel
Digitonal
Bovaflux
Yellotone
Blamstrain
Posthuman
LJ Kruzer
Fisk Industries
London Electrics

 autres disques récents
The Star Pillow
Music For Sad Headbangers
(Midira Records)
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)

Il y a quelques années, ces pages s’en étaient d’ailleurs fait l’écho, plusieurs labels berlinois d’electronica (Morr Music, City Centre Offices, Lux Nigra, Din, a.d.s.r. et Hey Records) s’étaient associés le temps d’une compilation présentant quelques-uns de leurs artistes les plus représentatifs : Hotel Stadt Berlin. Sur le même principe (mais avec l’appui d’une structure plus pérenne qui organise également des concerts), six labels londoniens d’electronica nous offrent London Electrics Volume One.

En premier lieu, c’est Expanding Records que l’on retrouve avec deux artistes phares du label : Benge et Vessel. Fournissant deux morceaux déjà présents sur leurs deux derniers albums en date, Ben Edwards et Gavin Toomey ont le bon goût de sélectionner deux des meilleurs titres de ces longs-formats : Panhard, sa rythmique acérée et ses sonorités proches du clavecin pour le premier, et State et sa pulsation grésillante pour le second.

Pas de dépaysement non plus avec les artistes d’Highpoint Lowlife : Bovaflux et Fisk Industries. Electronica mélodique apaisée à son meilleur pour le premier avec, là aussi, un extrait de son album et electronica mâtinée de rythmiques plus franches, parfois proches du hip-hop pour le second.

C’est ensuite au tour de Suburb. The Record Label (structure qui n’a pour l’instant sorti qu’une compilation) d’opérer avec un artiste habitué de Merck et des netlabels : le Finlandais Blamstrain et son electronica-ambient fort agréable. Découverte ensuite avec 11t1, auteur à ce jour d’un seul EP MP3, qui, à défaut d’innover, ne dépare nullement, avec une electronica très classique, au milieu des autres participants.

Place après à Ai Records avec un inédit de Jacen Solo à la pulsation marquée et aux breaks efficaces puis un titre de Yellotone, fer de lance du label, intégrant habilement une guitare acoustique à une electronica enjouée portée par une batterie électronique sautillante.

Pour le label Seed, c’est Digitonal qui est présenté en premier avec un titre déjà paru sur leur maxi The Centre Cannot Hold où les cordes se mêlent avec réussite à l’electronica du trio. Le duo Posthuman propose, pour sa part, une electronica torturée où des sonorités « explosives » font leur apparition au mi-temps du morceau.

Dernier label ici présent, Uncharted Audio offre un soyeux morceau de LJ Kruzer avec dialogue samplé et ambiance vaporeuse avant de clôturer la compilation par un titre électro-pop de Line assez pénible (voix au vocoder, sonorités filtrées, rythmique robotique).

Alors qu’on avait un peu peur, au moment d’entrer dans cette compilation, que l’intérêt musical disparaisse derrière l’intérêt du casting, London Electrics Volume One fait montre d’une belle cohérence et justifie pleinement la naissance de cette structure.

François Bousquet
le 18/05/2006

À lire également

Vessel
Resist
(Expanding Records)
Stendec
Opaque (EP)
(Cactus Island Recordings)
V/A
Intelligent Toys 3
(Sutemos)
Fisk Industries
The Isle of Wight EP
(Highpoint Lowlife)