Fennesz - Phoenecia - Chris Clark

 date du concert

26/05/2002

 salle

Mains d’Oeuvres,
St Ouen

 tags

Clark (Chris Clark) / Fennesz / Mains d’Oeuvres / Phoenecia

 liens

Clark (Chris Clark)
Fennesz
Mains d’Oeuvres

 dans la même rubrique

Le label anglais met les petits plats dans les grands et s’offre une tournée européenne avec 4 dates en France. Sur Paris c’est la petite salle de Mains d’Oeuvres qui est à la fête, avec pour l’occasion une ouverture un peu plus large de leurs locaux.
Au milieu d’artistes du label (ou récemment récupérés par Warp), on notera la présence de Fennesz, présent en tant qu’invité et qui aura l’honneur de débuter les lives après un DJ set de Mira Calix.

Fennesz n’est plus vraiment une découverte tellement ses passages par la capitale française sont fréquents. Pourtant chacune de ses prestations est l’occasion d’une nouvelle surprise, d’ambiances différentes, tantôt dans la lignée de son Endless Summer, tantôt plus expérimental.
Pour la première fois ce soir il ne nous étonnera pas. Peut-être avons-nous dépassé la dose prescrite... on retrouve dans une première partie ses tubes construits sur des mélodies saturées puis dans un deuxième temps quelques passages plus abstraits où souffles flirtent avec rythmiques, puis un tube pop sur lequel il plaque quelques grésillement. On pense alors à V/VM à la différence que l’apport de Fennesz reste discret.
Au final ce fut un très bon concert, mais moins surprenant qu’à son habitude.

On enchaînera tout de suite avec Phoenecia qui commence par nous plonger dans des canalisations avec des bruits lents et métalliques. Et puis les machines s’emballent pour ne plus s’arrêter : pendant 20 minutes c’est un déluge de données numériques qui sortira des enceintes. Pas de mélodie si ce n’est quelques nappes torturées en arrière plan tandis que la rythmique métallique et concassée n’est fini pas de s’effondrer.
On regrettera alors la linéarité de leur set et la même recette déclinée à l’infini. Pour terminer, ils se rapprocheront d’une musique contemporaine plus classique avec quelques notes aiguës produites par un grincement métallique et quelques nappes électronique afin de finir en douceur.

On terminera les lives avec Chris Clark que nous ne connaissions pas avant ce soir et qui aura un peu de mal a démarrer en raison de problèmes techniques. Et puis des nappes commencent à tournoyer, une rythmique sèche fait son apparition rejointe par une superbe mélodie. On serait tenté de dire que l’on est en terrain connu et c’est vrai que dans ses constructions Chris Clark ne surprend guère et ne prend pas trop de risques. C’est le son typique de Warp avec rythmiques gentiment déconstruites et mélodies efficaces.
Mais la recette fonctionne bien et les sonorités utilisées diffèrent un peu de ce que l’on connaissait, ou mélodies énervantes façon Boards of Canada côtoient des rythmiques plus dures. Par contre on reprochera de long breaks entre chaque morceau qui nous feront décrocher de temps en temps.
La fin elle aussi sera assez surprenante avec d’abord un morceau de jungle electro un peu facile mais particulièrement étonnant vu le reste de sa prestation, puis un dernier titre qui commencera avec une rythmique hardcore virant petit à petit jungle, avant l’apparition d’une mélodie mélancolique basée sur d’énormes accords. On croit entendre tout un orchestres avec cordes et orgues sur de lentes montées annonçant l’explosion de la rythmique. Absolument fantastique, superbe final.

Entre les lives étaient diffusés de récents vidéo clips et après Chris Clark nous avons eu la chance de voir le nouveau clip d’Autechre (qui sortira cet été en DVD avec le nouvel Ep Gantz Graf). Retour aux DJ avec Mark Bell que l’ont abandonnera bien vite. On ne verra donc pas Richard Devine dont l’horaire de passage prévu était un peut tard...

Fabrice ALLARD
le 02/06/2002

À lire également

27/03/2010
Présences Electronique
(Le 104)
27/09/2002
GRM Experience : Fennesz
(Grande Halle de la (...))
Fenn O’Berg
The Return of Fenn O’Berg
(Mego)
Fennesz + Sakamoto
Flumina
(Touch)