Robert Hampson + Steven Hess

S/t

(Crouton / Metamkine)

 date de sortie

00/07/2006

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Crouton / Expérimental / Main / Robert Hampson / Steven Hess

 liens

Main
Steven Hess
Robert Hampson
Crouton

 autres disques récents
Haythem Mahbouli
Catching Moments In Time
(Schole)
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)

Voici une rencontre que l’on trouvera a priori originale, entre Robert Hampson (peut-être un peu plus connu sous son alias Main) et Steven Hess. Le premier oeuvre généralement au croisement de l’ambient et de la musique concrète, tandis que l’on croise régulièrement le second, percussionniste, aux côtés de Pan American ou Greg Davis.

Le duo nous offre ici un bel objet tout en transparence. Une album sans titre, quatre pistes sans titre, et un CD dont seule la partie centrale est opaque (il s’agit d’un EP au format 5"), le tout emballé dans une pochette plastique avec quelques crédits imprimés sur un film transparent.
Alors que l’on pouvait craindre de trouver une superposition de percussion sur la musique de Main, on est assez vite rassuré en découvrant une réelle fusion entre les travaux des deux artistes. On retrouve des nappes grésillantes, pesantes, pour une ambient inquiétante, et de précis frottements contre des cymbales. Mais très vite on se rend compte que les percussions de Hess sont parfois jouée live, parfois retraitées par les machines de Hampson, et la fusion opère jusqu’à ne plus savoir, sur certains sons, s’ils ont pour origine Steven Hess ou Robert Hampson.

L’ensemble est guidé par une même volonté, une certaine tension. On l’a vu précédemment, les textures électro-acoustiques de Main se font inquiétantes, et plus tard les percussions de Hess viennent ajouter à cette inquiétude par de savantes constructions. Des effets de reverb produisent un son ample, et confère parfois à cette oeuvre un aspect solennel, tandis qu’un peu plus tard on croit deviner les bruits d’une rivière pour un passage plus reposant et rassurant.
La dernière piste, franchement ambient, joue tout d’abord sur le contraste entre textures grésillantes et la pureté de gongs et réverbération de cymbales pour s’orienter définitivement vers cette pureté, que l’on retrouve finalement dans le packaging.

Fabrice ALLARD
le 14/09/2006

À lire également

08/12/2011
Oeuvres Vives #8 : (...)
(Batofar)
Greg Davis / Steven Hess
Decisions
(Longbox Recordings)
Robert Hampson
Vectors
(Touch)
V/A
Levitate
(N-Rec)