Millimetrik

Cities EP

(Make Mine Music / Import)

 date de sortie

03/07/2006

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / Make Mine Music / Millimetrik

 liens

Millimetrik
Make Mine Music

 autres disques récents
Haythem Mahbouli
Catching Moments In Time
(Schole)
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)

Quelques semaines après le maxi d’August Stars, voici le deuxième disque d’un artiste n’appartenant pas au “collectif” Make Mine Music avec cet EP de Millimetrik. Projet de Pascal Asselin, membre de Below The Sea, Glider et Northern Lakes (le duo qu’il forme avec Jon Attwood - Yellow6 - qu’on retrouve ici au mastering) et label manager de chat blanc records, Cities EP est en réalité une sortie conjointe du label anglais et, précisément, de chat blanc.

Alors qu’on s’attendait à quelque chose d’assez ambient au vu de la pochette (paysage semi-urbain enneigé) et du nom des titres (Thule, Reykjavik, Vladivostok, Tromsø, pas vraiment des villes réputées pour leur chaleur), c’est en fait une électronique pas très éloignée du post-rock qui nous est proposée avec rythmiques apparemment programmées (mais difficile d’en être certain) et interventions de guitares. Dense et profonde, la musique de Millimetrik ne vire pourtant jamais à l’anxiogène (même si quelques sonorités hululantes de Vladivostok semblent lorgner vers cette direction) tout en parvenant à conserver sa part de mystère (Baie Déception).

Plus convaincant encore est le Canadien quand il mêle nappe ambient ondoyante et rythmique soutenue même si, sur la fin, le morceau perd un peu de sa qualité lorsque la batterie ralentit sa cadence et que quelques autres effets interviennent (Tromsø). En revanche, on sera moins emballé par Frobisher Day (a.k.a. Iqaluit) qui développe une nappe oscillant assez facilement dans sa première moitié avant qu’une rythmique un peu trop basique n’intervienne.

Un EP pas complètement réussi donc mais qui témoigne néanmoins de l’intéressante place qu’a prise Pascal Asselin dans le paysage musical, capable d’évoluer aussi bien dans un univers post-rock que sur des rivages plus ambient.

François Bousquet
le 08/10/2006

À lire également

Epic45
Drakelow (EP)
(Make Mine Music)
July Skies
The Weather Clock
(Make Mine Music)
Epic45
May Your Heart Be The Map
(Make Mine Music)
Manual
Drowned In Light
(Make Mine Music)