Library Tapes

Feelings For Something Lost

(Resonant / Import)

 date de sortie

27/11/2006

 genre

Electronique

 style

Néo-Classique

 appréciation

 tags

David Wenngren / Forestflies / Library Tapes / Néo-Classique / Resonant

 liens

Library Tapes
Resonant
Forestflies
David Wenngren

 autres disques récents
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)
Snow Palms
Everything Ascending / Circling (EP)
(Village Green)

Un peu plus d’un an après leur très bon premier album (Alone In The Bright Lights Of A Shattered Life), les Suédois de Library Tapes reviennent déjà avec un nouveau long-format (qui ne dure toutefois qu’une petite demi-heure), toujours sur Resonant : Feelings For Something Lost.

On y retrouve assez logiquement ce qui faisait la structure du disque précédent : des accords ou notes de piano délicatement posés sur une texture électronique légèrement granuleuse, à base de vibrations, petits vrombissements et crépitements. Alors que la tendance néo-classique “piano solo” était à son apogée à l’époque du premier album, celle-ci est quelque peu retombée depuis ce qui permet à Library Tapes de ne plus apparaître comme une formation surfant sur une vague où la pose était parfois de rigueur (même si le noir et blanc stylisé de la pochette apparaît encore comme une queue de comète de cette mouvance). Par conséquent, comme il pouvait déjà le faire sur Alone In The Bright Lights Of A Shattered Life, le duo se fait surtout probant quand il sort du strict cadre de ce genre musical avec la densification de la texture décrite précédemment, la participation lointaine de la guitare saturée d’Erik Skodvin de Deaf Center (Departures (Burning Saints For Your Own Sins)) ou l’insertion d’une six-cordes pincée jouée par Colleen (Leaves Abstract In A Village Plunged Into Mourning).

Cependant, on aurait apprécié que cette ouverture au monde extérieur (l’utilisation de grincements de tabourets ou de bruits de pas, les samples de pluie qui tombe en sont un témoignage supplémentaire) intervienne plus fréquemment. En effet, David Wenngren et Per Jardsell se contentent sur trop de titres de la simple combinaison piano-nappe sans que le premier soit spécialement émouvant, ni que la seconde ne brille par sa complexité. De même, les cinq courts intermèdes (entre une minute et une minute quarante) se révèlent être relativement anecdotiques, à la limite de la chute de studio. En résulte donc un disque pas aussi convaincant que ce qu’il aurait pu être, contenant certes quelques passages véritablement emballants (outre les deux morceaux “à invités”, signalons Fading Lights And Distant Memories), mais dont on ressort, au final, avec une certaine déception.

François Bousquet
le 28/11/2006

À lire également

Stafrænn Hákon
Gummi
(Resonant)
V/A
Vox Pop
(Make Mine Music)
Port-Royal
Afraid To Dance
(Resonant)
Ölvis
The Blue Sound
(Resonant)