Maps & Diagrams

Onamatapea

(Unlabel / Import)

 date de sortie

28/08/2006

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / Maps and Diagrams / Unlabel

 liens

Unlabel

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Aucun album en 2005 (mais plusieurs maxi, splits CD et projet en duo), déjà deux en 2006 avec, trois mois après Antennas & Signals, Onamatapea : Maps & Diagrams varie les plaisirs mais conserve un rythme de production soutenu. Cette dernière livraison, le cinquième long-format de Tim Martin, s’inscrit dans la series52 d’Unlabel, collection au casting de haute volée et aux résultats plutôt intéressants dans l’ensemble.

On passera rapidement sur les caractéristiques de la musique de l’Anglais, celles-ci étant, d’une part, typiques d’une electronica mélodique soignée et, d’autre part, déjà évoquées à plusieurs reprises dans ces pages. On préférera donc s’attacher aux différences qu’on peut percevoir entre Onamatapea et les sorties précédentes de Maps & Diagrams. Ainsi note-t-on en premier lieu une moindre présence des nappes enveloppantes et des mélodies aériennes, au profit d’un travail plus poussé sur les rythmiques. Rendant ces dernières plus complexes, plus denses, voire plus recherchées (la pulsation de Spatula in Hand, intégrant une sorte de cymbale digitalisée), Tim Martin s’éloigne alors de l’electronica mélancolique qu’il affectionnait depuis quelques disques pour aller vers une musique aux contours plus cliniques.

En deuxième lieu, on relève également un éventail de sonorités plus large qu’à l’accoutumée. N’hésitant par exemple pas à utiliser des colorations "robotiques" (la mélodie de The Mogao Cave) ou des sons à mi-chemin entre percussion en bois et notes synthétiques traditionnelles (Hopf Algebra), le Britannique élargit ainsi son champ des possibles. Pour autant, ces différences permettent-elles de constituer un bon disque ? Là est toute la question car, au sortir de ce cinquième album, on est plutôt sceptique sur sa valeur. En effet, même si on accepte le parti pris initial qui se voulait moins éclatant sur le plan mélodique, on ne peut que regretter que le disque, en se centrant principalement sur les rythmiques, peine à être véritablement probant (mettons tout de même en exergue le très bon Borobudur et son savant mélange entre une mélodie classique et une pulsation granuleuse) et à se renouveler d’un titre à l’autre.

François Bousquet
le 28/10/2006

À lire également

V/A
Stop, Look, Wave
(Cactus Island Recordings)
Sovacusa
Centrepoint
(Expanding Records)
Maps and Diagrams
Free-Time
(Pause_2)