Denzel & Huhn

Paraport

(City Centre Offices / La Baleine)

 date de sortie

22/01/2007

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica

 appréciation

 tags

Ambient / City Centre Offices / Denzel & Huhn / Electronica

 liens

Denzel & Huhn
City Centre Offices

 autres disques récents
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)
Borosilicate Purl
Coalescence
(Autoproduit)
Stafrænn Hákon
Hausi
(Vogor Records)

Plus de trois ans après leur premier album, Bertram Denzel et Erik Huhn reviennent avec un second long-format, toujours sur City Centre Offices pour qui il s’agit de la première sortie 2007 après une année 2006 convaincante, notamment grâce aux probants albums de Dictaphone, I’m Not A Gun et Donato Wharton.

Agissant davantage sur les textures que leur précédent effort, Paraport enchaîne des titres dans lesquels des nappes granuleuses sont superposées, parfois agrémentées de petits blips ou d’accords plus chromatiques. Intégrant par endroits des pulsations peu éloignées d’un micro-dub (Cauka, Treibel), le duo allemand opte globalement pour un certain minimalisme et met quelque peu de côté toute prétention mélodique. Il en résulte des morceaux à la structure réduite où un froissement rythmique est croisé avec réussite avec trois notes mises en boucle (Ndr), un vent électronique rencontre une petite ligne chromatique réverbérée (New Kerwe), un tapotement mélodique se pose sur une nappe (Offane).

Souvent convaincante, cette posture peut aussi lasser par moments, lorsqu’il ne se passe décidément pas grand-chose (le morceau-titre, qui tourne en rond au bout de vingt secondes, comme Lope qui se contente de ses quatre notes de base et Senet qui ne déploie pas sa texture initiale). A cet égard, la profusion de titres (quinze en tout pour une durée globale de quarante-huit minutes) ne sert pas forcément Paraport, empêchant par moments au propos de se développer et donnant, sur la fin, l’impression d’un trop-plein. Au final, un album dont on ressort assez mitigé donc, ni complètement plaisant, ni vraiment désagréable ; pas véritablement marquant plutôt.

François Bousquet
le 29/01/2007

À lire également

The Gentleman Losers
Dustland
(City Centre Offices)
I’m Not A Gun
We Think As Instruments
(City Centre Offices)
Static
Eject Your Mind
(City Centre Offices)