Micro:mega

 date du concert

31/05/2002

 salle

Glaz’Art,
Paris

 tags

Glaz’Art / Micro:mega / Sylvain Chauveau

 liens

Micro:mega
Sylvain Chauveau
Glaz’Art

La sortie du troisième album du duo formé par Sylvain Chauveau et Frédéric Luneau est l’occasion d’un concert alors nous ne les avions pas vu sur scène depuis la sortie de leur superbe Photosphere.
N’ayant pas encore écouté Annex, cette prestation est l’occasion pour nous de voir comment évolue le duo alors que Sylvain Chauveau mène de front une carrière solo sans faute.

Il commenceront à jouer dans une salle quasiment vide qui, même si le public arrivera petit à petit, restera trop grande pour ce soir.
Mélodie et nappes à la guitare en guise d’introduction avant le réel premier morceau. Sylvain est à la guitare, Frédéric s’occupe de l’ordinateur et autres machines. Chacun à une tache, une fonction bien spécifique et produit un élément distinct de leur musique. Les guitares aériennes s’adressent à l’esprit pendant que les rythmiques, même si elles restent lentes, s’adressent au corps. Mais tout ceci serait trop simple, simpliste même s’il n’y avait pas en plus de nombreux bruitages qui contribuent grandement au charme de cette musique. Souffles, bleep, textures granuleuses flirtent avec la douceur ouatées de la guitare.

Sylvain alterne entre sa guitare et un métallophone pour le premier morceau, remplacé par des notes de piano pour le suivant, construit sur une même base. Et c’est là que surgit le problème, certainement accentué par la courte durée du concert qui ne nous permit pas d’avoir une vue assez générale de leurs possibilités.
Les morceaux s’étendent en longueur, et l’on frôle l’ennui, sans réellement y sombrer, mais le danger guette. Etre assis aurait peut-être aussi facilité l’appréciation de cette musique apaisante. Mais le dernier titre viendra nous réveiller sans réellement nous convaincre puisque celui-ci se voit infliger une rythmique façon jungle qui dépareilla un peu sur l’ensemble du concert

Nous aurons quand même droit à un rappel, plaisant mais sans grande surprise, cédant un peu à la facilité en ce qui concerne la partie électronique.
Mais on ne s’arrêtera pas sur l’impression laissée par ce concert, on se plongera dans Annex peut-être pour mieux comprendre le sens de tout ceci, ou bien sur les quais de Seine cet été ou on les retrouvera.

Fabrice ALLARD
le 10/06/2002

À lire également

25/02/2008
Sylvain Chauveau / (...)
(Point Ephémère)
Sylvain Chauveau
Kogetsudai
(Brocoli)
04/08/2002
Festival Piratages : (...)
(Guinguette Pirate)
Sylvain Chauveau
Singular Forms (Sometimes Repeated)
(Type)