Last Days

These Places are now Ruins

(n5MD / Import)

 date de sortie

09/10/2007

 genre

Rock

 style

Ambient / Post-Rock

 appréciation

 écouter

13 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Last Days / n5MD / Post-Rock

 liens

Last Days
n5MD

 autres disques récents
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)

Un an tout juste après Sea, Last Days est déjà de retour avec These Places are now Ruins, second album, toujours sur n5MD. S’annonçant plus sombre que son prédécesseur (le titre est déjà lourd de sens, à cet égard), ce nouvel album débute effectivement par une plage ambient suffisamment opaque pour laisser imaginer un disque plombé (Station).

Pour autant, l’apparition d’une guitare acoustique sur les deux morceaux suivants apportent une clarté certaine, que vient également conférer un piano assez léger, agissant par petites successions de notes (Reasons to Go et Points Bridge). Dès lors, l’album va se partager entre ces deux aspects, passer d’un titre aux caractéristiques obscures (Devil’s Wood et ses grésillements) à un morceau aux consonances plus lumineuses (l’élégiaque piano de Saved by a Helicopter, les nappes languides de Swimming Pools at Night ou le caractère très détaché des notes de guitare et du Glockenspiel de Travelling Heart).

Un rien trop systématique, cette alternance est heureusement rompue par la présence de pièces où des nappes accueillantes et une guitare arrondie côtoient des glitchs électroniques, pour un jeu sur les contraires particulièrement savoureux (Two Halves of a Line). Dans une optique similaire, produisant un post-rock alangui et contemplatif profondément habité, The Whole Town is against Us met aux prises une suite mélodique plutôt aérienne, des coups de tom plus sourds et une texture légèrement saturée pendant que Look After Yourself aligne crissements électroniques et guitare claire ou Station Part Two samples vocaux lointains et plages de six-cordes. Dès lors, à l’image de ce que l’on pouvait relever pour son album précédent, Graham Richardson réussit une nouvelle fois à agencer composants mélodiques (guitare, piano, accords de synthé) et triturations d’arrière-plan et, peu à peu, développe un univers et une marque personnelle très intéressante.

François Bousquet
le 31/12/2007

À lire également

Near The Parenthesis
Helical
(n5MD)
Bitcrush
In Distance
(n5MD)
Dryft
Ventricle
(n5MD)