The Green Kingdom

S/t

(SEM label)

 date de sortie

04/06/2007

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

Extraits mixés (Flash)

 tags

Electronica / SEM label / The Green Kingdom

 liens

The Green Kingdom
SEM label

 autres disques récents
Lorenzo Balloni
創生の最果て
(Murmur Records)
RX-101
Like Yesterday
(Suction Records)
Sevenism
Saline Celestial
(Naviar Records)
Nonturn
Territory
(Audiobulb)

Nouvel artiste, nouveau label. Le label tout d’abord, dont c’est ici effectivement la première sortie, est une version offline du net label français Eko que nous suivions par intermittence. The Green Kingdom quant à lui est le projet de l’américain Mike Cottone, basé à Detroit, qui avait justement déjà sorti un EP sur Eko Netlabel. Celui-ci est toujours disponible chez iod, la suite de Eko, et accessible via le site de Sem.

Alors que nous n’avions pas écouté ce précédent EP, cet album est une totale découverte. On partait toutefois confiant, Eko s’étant forgé une belle image de label de qualité, exigeant dans ses choix. The Green Kingdom ne déçoit pas, bien au contraire. La finesse est bien là, entre clapotis aquatiques et jeu de guitares lumineuses, à la fois douces et complexes, ce Toy Guitar, Hiss, Anxiety etc. qui ouvre l’album est un petit bijou. The Green Kingdom fait partie de ces artistes qui ont digéré les techniques propres à l’electronica pour se les approprier et les détourner. Une section electronique est donc toujours présente, que ce soit pour des petits bruitages d’ambiance (bouillonnements de Amniopod), des field recordings (chant d’oiseau et jardin enchanté de Mei-li), grésillements de vinyles, et autres effets de syncope/hachage (Miniature Forest). La finesse et la subtilité du dosage de ces éléments, rend leur intégration parfaite, et réellement au service de la musique.
En ce qui concerne toutes les parties mélodiques, ce sont les guitares qui s’en chargent. Fines, cristallines, acoustiques, chaotiques, d’une pureté absolue à se demander parfois s’il ne s’agit pas de bleeps électroniques (Wind Up Wildlife). L’électronique s’en mêle bien sûr, ajoutant quelques subtiles effets, apportant un peu plus de profondeur, créant de subtiles effets qui ajoutent encore à la fragilité de l’ensemble. L’ambiance générale est plutôt douce et mélancolique, la guitare a même des teintes de blues sur Nocturne2, et l’ensemble se termine par un titre un peu plus enlevé à coup de clicks rythmiques (Cherry Sunrise).

Une belle surprise donc, un album quasi parfait de bout en bout, à conseiller à ceux qui aimaient en particulier le travail que menait Melodium sur ses premiers albums.

Fabrice ALLARD
le 05/01/2008

À lire également

Alexandre Navarro
Hozho
(SEM label)
V/A
15 Shades of White
(Dronarivm)
The Green Kingdom
Egress
(Nomadic Kids Republic)
Fax
Circles
(SEM label)