Soirée Evenement : To - My Jazzy Child + Noak Katoi

 date du concert

23/07/2002

 salle

Batofar,
Paris

 tags

Batofar / My Jazzy Child / Noak Katoi / Thomas Tilly / Tô

 liens

Thomas Tilly / Tô
My Jazzy Child
Noak Katoi
Batofar

C’était il y a un an, le label Evenement prenait déjà possession du Batofar, tout le monde était là, avec les graphistes et vidéastes de Event10. Ce soir c’est uniquement le versant musical de ce collectif qui nous est donné d’apprécier, mais de fort belle manière.

On commencera avec un nouveau venu sur Evenement, à savoir To. Il se fait vite remarqué en se plaçant sur le devant de la scène, accroupi par terre, entouré d’objets divers, autant de sources sonores, d’un vieil ordinateur à l’heure où tout le monde est équipé d’un laptop, et d’une table de mixage. On remonte dans le temps, très très loin, en arrière. Les sons, l’ambiance, la posture du musicien, sa tenue vestimentaire, tout nous donne l’impression d’être projeté à l’époque de La Guerre du Feu. Vêtu d’un t-shirt trop grand et d’un pantalon déchiré pour en faire un bermuda, il manipule une platine vinyl avec un disque recouvert de papier de verre pour en sortir un son faisant penser à un rocher qu’on pousse sur le sol, fait tomber on se sait quoi produisant un crépitement de feu, tripote des morceaux de tuile ou d’ardoise, allume des bougies dont la cire tombant produit une rythmique aléatoire.
Un vent glacé se fait entendre depuis le début, des sifflements, et petit à petit il crée ainsi une certaine tension. Le rocher n’en finit pas de glisser sur le sol, le son est rugueux, et puis tout se calme, l’orage est passé sans jamais éclater, et une douce mélodie prend le dessus, tournant en boucle.
Tonnerre d’applaudissements bien mérités pour conclure.

C’est ensuite au tour de Noak Katoi et My Jazzy Child. La première commencera seule à l’ordinateur pour une intro faite d’une superbe mélodie composée de petites notes clairsemées. Les sons utilisés évoque une boite à musique, un côté un peu enfantin qui contraste avec une composition sophistiquée.
My Jazzy Child arrive ensuite sur scène, enveloppant cette intro de plages de mélodica et de samples de vois enfantines. C’est agréable, doux, calme, tout à fait dans la lignée de la première partie.
Un peu plus tard c’est une superposition de voix qui remplacera le mélodica pour un final encore plus aérien. Très beau concert.

En attendant Organ, O.Lamm et Ernesto Carnaval mettront le feu au Bato, en mixant une drum’n bass péchue, aux sonorités industrielles sur la fin, avec le Violin Phase de Steve Reich. Mélange, surprenant et inattendu, mais terriblement efficace et dansant. Fumigènes et éclairages finiront de donner une ambiance apocalyptique sous le martèlement de la rythmique.

Fabrice ALLARD
le 28/07/2002

À lire également

V/A
Thrombose
(Thrombose Records)
07/04/2009

(Naxos Bobine)
My Jazzy Child
Sada Soul
(Clapping Music)
14/11/2017
Thomas Tilly / BJ Nilsen
(Instants Chavirés)