Valet

Naked Acid

(Kranky / Southern)

 date de sortie

03/03/2008

 genre

Rock

 style

Folk / Free

 appréciation

 tags

Folk / Free / Kranky / Valet

 liens

Kranky
Valet

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

À peine un an après le très convaincant Blood is Clean, Valet revient déjà avec un nouveau long-format, perpétuant ce free-folk partagé entre approche enveloppante des lignes mélodiques et ambiance plus hantée des arrangements.

Au-delà des éléments qu’on avait pu mettre en exergue l’an passé (pédales conduisant à étirer les sonorités, chant légèrement traînant), Honey Owens semble cette fois-ci se consacrer davantage aux apports électroniques : grésillements saturés (Drum Movie), crépitements (Fuck It). Tirant la musique de l’États-unienne vers quelque chose de moins convenu que le chant spectral, accompagné d’une guitare acoustique et d’une autre aux traits distordus, ces contributions sont, sur trois morceaux, remplacées par la batterie de Mark Evan Burden. Par un jeu martial qui vient contraster de manière plutôt intéressante avec le reste des instrumentations, le musicien (qu’on avait pu notamment croiser sur un split EP avec Growing, paru en 2005) conduit l’ensemble vers des rivages encore plus psychés.

À la limite de la complaisance dans sa volonté persistante de « faire nonchalant », le chant d’Honey Owens peut aisément lasser, mais sa confrontation avec des éléments plus acérés (la batterie appuyée, la guitare électrique saturée) rattrape à chaque fois le coup, comme si, par ses compositions instrumentales, la musicienne de Portland contrebalançait ses propres velléités de chanteuse. Probablement consciente, donc, des limites d’un chant alangui, Valet propose par endroits (Fire), un timbre plus marqué, gagnant en affirmation ce qu’il perd en séduction. Ce sont ces allers et retours entre tentations quasi-aguicheuses et aventures moins balisées qui font du travail de Valet une entreprise tout à fait probante, et de Naked Acid un album qui, au final, emporte l’adhésion.

François Bousquet
le 14/03/2008

À lire également

Windy & Carl
We Will Always Be
(Kranky)
Pan American
Quiet City
(Kranky)
Loscil
Endless Falls
(Kranky)
Charalambides
Exile
(Kranky)