Explosions in the Sky / Eluvium

 date du concert

20/05/2008

 salle

Elysée Montmartre,
Paris

 tags

Eluvium / Elysée Montmartre / Explosions in the Sky / Martin Eden / Matthew Cooper

 liens

Explosions in the Sky
Eluvium
Elysée Montmartre

Alors qu’aucune actualité discographique ne l’imposait, les Texans d’Explosions in the Sky étaient en tournée européenne en ce mois de mai. Judicieusement, ils avaient convié leur camarade de label, Eluvium, à assurer la première partie de leurs concerts, pour ce qui, à nos yeux, constituait bien plus qu’une simple mise en bouche.

De fait, louant régulièrement les disques de Matthew Cooper, on n’avait pas encore eu l’occasion de le voir sur scène, l’États-unien ne s’étant jusqu’à présent jamais déplacé en Europe. Assis derrière son laptop, une guitare sur les genoux, un clavier à sa droite et quelques pédales et ustensiles (e-bow, bottleneck) disposés devant lui, le musicien prit place peu après 19h30. Alternant morceaux ambient à la guitare et pièces de piano solo (comme sur ses disques, donc), Eluvium parvint à captiver une bonne partie de l’auditoire et à prendre pleinement possession de la salle du Boulevard de Rochechouart. Jouant habilement sur la stéréo (suffisamment rare, en concert, pour être souligné), le jeune homme usa tour à tour, au sein du même morceau, du canal droit et gauche, si bien que deux temps d’un titre donné venaient des enceintes situées côté cour et les deux suivants de celles côté jardin. Par ailleurs, l’intégration d’une rythmique assez marquée se fit de manière plutôt chaotique, comme si celle-ci était systématiquement en avance sur le tempo imprimé par les textures et accords de guitare mises en place préalablement. Ce léger décalage, un rien gênant pendant quelques instants, s’inscrivit ensuite assez remarquablement dans cette impression de vertige, dont on ne sait jamais si elle est complètement maîtrisée, qu’affectionne Matthew Cooper.

Dans leur formation et disposition scénique traditionnelles, les quatre musiciens d’Explosions in the Sky prirent le relais et débutèrent leur set par un triptyque aux accents mélodiques certains, portés par le son carillonnant de la guitare de Mark T. Smith, la fougue de la batterie de Chris Hrasky et les inclusions en trémolo de Munaf Rayani : First Breath After Coma, Catastrophe And The Cure et The Only Moment We Were Alone. L’habitué des concerts des États-uniens ne s’y trompa pas : le groupe s’autorisa un petit contre-pied en plaçant ce dernier morceau en fin de première moitié de son set et non à l’extrémité de celui-ci, comme il le fait de coutume. Le titre nous parut alors moins puissamment prééminent, comme si sa parfaite réussite ne pouvait que s’accompagner de cette décharge d’énergie qui caractérise la fin d’un concert. Pour autant, l’intégrité de la formation fut à saluer, choisissant de rompre avec ses usages et de placer alors Memorial en fin de set. De même, l’absence de rappel (justifiée par Munaf par le fait que le groupe donne tout ce qu’il a pendant une grosse heure et souhaite que cette impression-ci demeure) participa, à nouveau, de cette absence de compromission d’un quatuor qui ne se place néanmoins pas dans une posture intellectualisante (en témoigna cette simili chorégraphie lorsque Chris, Munaf et le bassiste Michael James plaquèrent leurs accords de manière simultanée au début de Greet Death, moquant les clichés rock des larges mouvements de bras). Une nouvelle fois, et bien qu’à la différence du concert au Trabendo, aucun morceau au piano ne fut exécuté, Explosions in the Sky prouva qu’il était encore largement au-dessus de la majeure partie des groupes post-rock.

François Bousquet
le 24/05/2008

À lire également

09/06/2016
Explosions In The Sky
(Trianon)
Inventions
s/t
(Temporary Residence Ltd)
Eluvium
When I Live by the Garden and the Sea (...)
(Temporary Residence Ltd)
Matthew Cooper
Some Days Are Better Than Others
(Temporary Residence Ltd)