Full_Play

 date

du 26/09/2002 au 29/09/2002

 salle

Grande Halle de la Villette,
Paris

 tags

Grande Halle de la Villette / P. Atzori - B. Blumenthal - A. Moore

 liens

Grande Halle de la Villette

 dans la même rubrique
du 04/04/2019 au 15/06/2019
Jagna Ciuchta : Darlingtonia, la Plante Cobra
(Galerie Édouard-Manet)
du 27/02/2019 au 27/05/2019
Ellsworth Kelly : Fenêtres
(Centre Pompidou)
du 08/02/2019 au 07/04/2019
Georges Rousse : Polygones
(Musée Dobrée)
du 18/01/2019 au 31/03/2019
Des attentions
(Crédac)

Autre installation imposante dans la Grande Halle de la Villette, toujours dans le cadre du festival Villette Numérique, Full Play est, comme on nous le signale en introduction, une oeuvre expérimentale, un prototype toujours en cours d’amélioration, de tests, dont le but est de fournir un spectacle complet sans s’encombrer d’une régie son/vidéo.

Sous la scène, des capteurs réagissent aux mouvements du performer (comédien, danseur...) et déclenchent des sons, des vidéos visibles sur des écrans qui entourent la scène en hauteur.
Une caméra infrarouge placée au dessus de la scène suit les déplacements du performer et gère seule les éclairages en fonction de l’emplacement de celui-ci. Dès lors seuls les personnes qui sont sur scène peuvent gérer toute la partie ambiance d’un spectacle.

Ca, c’est pour la théorie. En pratique, tout cet atirail hautement technologique est fragile, capricieux, et si l’on a plus besoin d’ingénieur du son, d’éclairagistes, il faudra des informaticiens et autres électroniciens. Toute oeuvre de ce type est sujette à ce genre de panne, généralement frustrante quand le spectateur s’y trouve confronté.
Si l’on parle de cet aspect des choses, c’est que nous y avons eu droit. Pas de problèmes particulier avec le son fort bien restitué en quadriphonie, mais les éclairages avaient parfois un peu de mal à suivre le danseur, et de nombreux écrans étaient en panne.

Pourtant le résultat était parfois fort interessant quand la combinaison des éléments coincidait bien, et le danseur était plutôt habile. Le court spectacle de danse qui était proposé en guise de démonstration était alors assez particulier puisque le danseur improvisait sur des éléments qu’il déclenchait lui même. Il suffit qu’il commence a bouger, déclencher quelques sons et il se retrouve projeter dans un univers interprété par des machines, au sein duquel il évolue en fonction de ce que peut lui évoquer la musique et les visuels.
Si le but est initialement de contrôler les machines, ce genre de démonstration nous interrogeait sur la relation homme/machine, ces dernières semblant contrôler le danseur.

Amusant, et a revoir quand tout sera au point !!

Fabrice ALLARD
le 28/10/2002

À lire également

20/11/1998
Global Tekno : Aphex (...)
(Grande Halle de la (...))
23/09/2004
Scanner : 52 Spaces
(Grande Halle de la (...))
02/09/2018
Jazz à la Villette 2018 :
(Grande Halle de la (...))
27/09/2002
GRM Experience : Fennesz
(Grande Halle de la (...))