Soirée Nobuyoshi Araki

 date

08/10/2005

 salle

Palais de Tokyo,
Paris

 tags

Nobuyoshi Araki / Palais de Tokyo

 liens

Palais de Tokyo

 dans la même rubrique
du 27/02/2019 au 27/05/2019
Ellsworth Kelly : Fenêtres
(Centre Pompidou)
du 08/02/2019 au 07/04/2019
Georges Rousse : Polygones
(Musée Dobrée)
du 18/01/2019 au 31/03/2019
Des attentions
(Crédac)
du 24/01/2019 au 09/03/2019
Mimosa Echard / Shanta Rao : Pulpe
(Galerie Édouard-Manet)

Le photographe Nobuyoshi Araki est connu pour ses clichés de femmes nues, qui font régulièrement scandale au Japon. Il se plait à célébrer l’érotisme et le voyeurisme, tout en confrontant les corps à un ensemble de règles invisibles, que ce soit dans les rituels du bondage ou des traditions japonaises.

La soirée débute par la projection d’un documentaire qui retrace son parcours, à commencer par la série qui l’a fait connaître, les photos de son voyage de noces. C’est l’occasion de l’entendre raconter son virage plus trash dans les années 90 (photos au polaroïd, raturées au stylo) car il se sentait devenir trop sage à répéter les formes qu’il utilisait depuis ses débuts. Ou de le voir s’émerveiller devant l’édition japonaise d’un de ses albums, dont certaines pages sont entièrement recouvertes de pastilles noires cache-sexe par la censure. Surtout, cela permet de le voir aujourd’hui lors d’une séance de prise de vue avec un de ses modèles. Il mitraille, utilisant différents appareils, puis intervient pour rectifier la position d’un bras ou un détail dans le cadre (par exemple une figurine dont la direction du regard créera un point de fuite avec l’axe de l’objectif).

Ceci est un bon prélude à ce qui va suivre, une "performance" conçue par Araki et nommée Arakinema. Un modèle danse sur les chansons de Barbara (Si la photo est bonne par exemple, c’est de circonstance), et s’effeuille peu à peu. Araki lui tourbillonne autour, en prenant des photos au polaroïd. Lesdites photos sont alors projetées sur un écran géant en temps réel. Avec son physique (un visage rond, des cheveux dressés en pointe autour d’un crâne dégarni), il ne lui manque qu’une petite fourche pour ressembler à un faune. On l’imagine alors très bien exécuter la même danse, cherchant à piquer les fesses de sa partenaire.

Une projection de photos est ensuite organisée. Pas de quoi fouetter un chat dans tout ça, mais cela constitue une bonne introduction à son oeuvre pour qui ne le connaît pas. Sinon pour lui le principal intérêt était sûrement de venir boire une coupe de champagne à Paris.

Bertrand Le Saux, Soizig Le Calvez
le 11/10/2005

À lire également

du 19/02/2010 au 23/05/2010
Pergola : Valentin (...)
(Palais de Tokyo)
du 21/10/2015 au 10/01/2016
Ugo Rondinone : I ♥ (...)
(Palais de Tokyo)
du 06/06/2014 au 07/09/2014
All That Falls
(Palais de Tokyo)
du 27/02/2013 au 13/05/2013
Julio Le Parc
(Palais de Tokyo)