Richard Gorman : Oeuvres Nouvelles

 date

du 16/05/2007 au 13/07/2007

 salle

Centre Culturel Irlandais,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Culturel Irlandais / Richard Gorman

 liens

Centre Culturel Irlandais

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Figure de la peinture abstraite irlandaise, Richard Gorman, né en 1946, présente, dans le très agréable cadre du Centre culturel irlandais, huit grandes toiles pour ce qui est sa première véritable exposition parisienne.

Ayant préparé simultanément ses huit œuvres, on pouvait craindre une certaine similitude entre des toiles qui par ailleurs se présentent toutes sous le même format et proposent des formes géométriques, avec un carré en bas à gauche, des couleurs vives et une atmosphère générale qu’on pourrait qualifier de pop naïve. Mais, à bien y regarder, chaque toile fait véritablement montre d’une singularité émanant de l’agencement des formes (hormis le carré répété, chaque peinture met en scène une nouvelle forme) et couleurs (il est très rare qu’une même teinte soit réutilisée). Plus encore, les oeuvres dépassent leur simplicité apparente (limpidité du trait, formes bien dessinées, satisfaction immédiate de la rétine) pour prendre quelques libertés avec le schéma initial.

Ainsi passe-t-on d’un jeu sur l’équilibre (Blunt Flyer avec sa forme « chapeau melon » posée sur un coin du carré, Flip Flyer et son arrondi placé sur ce même angle) à une « embrassade » de la forme géométrique venant épouser un des coins du carré (Node Flyer, Salmon Flyer) ou à une sorte de cache-cache (Slide Flyer, Cap Square, Grip Grey dans lesquelles la forme est en partie dissimulée par le carré). Dans ces dernières apparaît nettement alors un travail sur la profondeur des couleurs propre à installer une simili-3D tout à fait saisissante. Là encore, des teintes élémentaires en apparence révèlent une force particulièrement intéressante, à l’image d’une exposition remarquable en ce qu’elle accroche instantanément le regard comme elle permet une étude plus approfondie.

François Bousquet
le 01/06/2007

À lire également

21/06/2005
Dennis McNulty, Paul (...)
(Centre Culturel Irlandais)
du 25/11/2011 au 20/01/2012
De l’émergence du Phénix
(Centre Culturel Irlandais)
du 12/03/2010 au 23/04/2010
Niamh O’Malley : Frame,
(Centre Culturel Irlandais)