Château de Tokyo / Palais de Fontainebleau

 date

du 07/09/2008 au 17/11/2008

 salle

Château de Fontainebleau,
Fontainebleau

 appréciation
 tags

Ceal Floyer / Château de Fontainebleau / Daniel Firman / Etienne Bossut / Fabrice Gygi / Jeremy Deller / Jonathan Monk / Luca Francesconi / Roman Signer / Urs Fischer

 liens

Château de Fontainebleau

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

À l’image d’autres musées et lieux, le Château de Fontainebleau a décidé de s’ouvrir à l’art contemporain par le biais d’une mise en regard d’œuvres actuelles avec les salons et l’architecture de l’édifice du XVIe siècle. C’est le Palais de Tokyo qui a été sélectionné pour participer à cet échange, la structure parisienne mandatant ensuite une quinzaine d’artistes ayant récemment exposé dans ses murs. Comme souvent dans ce type d’entreprise, les plasticiens peuvent se diviser en deux groupes : ceux qui ont choisi de se raccorder à l’environnement Renaissance et ceux qui ont décidé d’opter pour un travail sur les contrastes.

Émargent dans la première catégorie Jonathan Monk (avec Odd Couple, son duo de pendules déjà salué en ces pages, idéalement placé au bout de la Galerie François Ier au milieu des boiseries), Urs Fischer (Chair for a Ghost : Thomas, ce siège suspendu en l’air, incapable de tenir tout seul, dégingandé qu’il est, intrus au milieu des impeccables fauteuils du Salon Louis XIII), Ceal Floyer (phrase musicale très courte mise en boucle dans la Salle de bal, comme si elle se répercutait sur le plafond en caissons) ou Roman Signer (petit banc placé au milieu de cette même Salle de bal et pouvant virevolter grâce à de petites hélices). Moins limpide, Jeremy Deller dispose une vidéo relatant un thé dansant sur le littoral anglais dans l’Antichambre de l’Impératrice pendant que Luca Francesconi place ses petits monticules représentant des sommets de montagnes dans la Chapelle Saint-Saturnin, lieu d’élévation spirituelle. Enfin, dans un coin d’une des prairies de la Cour d’Honneur, le toujours malicieux Étienne Bossut installe son trou en trompe-l’œil afin de casser le bel agencement à la française de l’endroit.

Si l’on peut passer rapidement sur la machinerie d’Arcangelo Sassolino (mécanisme destructeur de bûchettes actionné par un détecteur des mouvements des visiteurs) ou les paravents de Fabrice Gygi (restructurant l’espace de la Salle Saint-Louis, comme pour protéger l’intimité du Roi dont la chambre était auparavant située ici), on sera plus convaincu par le chat empaillé suspendu en l’air de Werner Reiterer. Collé au plafond, l’animal a définitivement échappé aux chiens de chasse des fresques avoisinantes tandis que rien ne dissimule la dimension factice de l’ensemble, plaçant la bouteille d’hélium au milieu du passage et laissant pendre le tuyau. Enfin, le fameux éléphant se tenant sur sa trompe de Daniel Firman (Würsa (à 18 000 km de la terre)), présenté cet été au Palais de Tokyo, trouve au Château de Fontainebleau une nouvelle destination. Résultat d’une expérience scientifique (un éléphant pourrait réellement se tenir sur sa trompe s’il est à 18 000 km de la terre) et isolé comme tel au milieu du white cube parisien, le pachyderme bénéficie d’un double éclairage au bout de la Galerie de Diane reconvertie en bibliothèque : chaleureux par la proximité des dorures et des livres, plus fantomatique par les projecteurs blancs braqués sur lui. Rendu plus léger voire plus fragile qu’à Paris, vu en contre-plongée comme s’il s’agissait d’une divinité ou d’un spectre, l’éléphant démontre alors les possibilités offertes par le projet mené par les deux institutions.

François Bousquet
le 12/10/2008

À lire également

du 09/06/2011 au 07/08/2011
Nul si découvert
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 06/06/2008 au 28/09/2008
La Dégelée Rabelais
(FRAC Languedoc-Rousillon)
du 28/01/2011 au 10/04/2011
Echoes
(Centre Culturel Suisse)
du 12/10/2013 au 05/01/2014
De Leur Temps (4)
(HAB Galerie)