Kazumasa Hashimoto

Tokyo Sonata Soundtrack

(Noble / Import)

 date de sortie

21/11/2008

 genre

Rock

 style

Néo-Classique

 appréciation

 écouter

Main Theme B (MP3 complet)

 tags

Kazumasa Hashimoto / Néo-Classique / Noble

 liens

Kazumasa Hashimoto
Noble

 autres disques récents
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Tim Hecker
Konoyo
(Kranky)
Epic45
Through Broken Summer
(Wayside and Woodland Recordings)

Présenté à Un Certain Regard 2008, Tokyo Sonata, nouveau film du talentueux réalisateur Kiyoshi Kurosawa, a bénéficié du travail de Kazumasa Hashimoto pour sa bande-son. Bien qu’ayant peu goûté l’album du Japonais sorti fin 2007, on se penche quand même sur ce disque-ci, espérant que, pour une fois, on trouvera probante une musique de film qu’on n’a pas vu.

Malheureusement, entre le côté très illustrateur des instrumentaux déployés, la brièveté et l’accumulation de titres (vingt-deux morceaux pour une durée totale de quarante-six minutes) et la récurrence des mêmes instruments (clarinette et mellotron en tête), les écueils classiques de ce type de disque ne sont aucunement évités. Dès lors, ces caractéristiques nous empêchent de pleinement nous intéresser à un travail qui, pourtant, comporte quelques éléments susceptibles de le rendre attachant : la mélodie lancinante des deux Main Theme, une reprise du Clair de Lune de Debussy interprétée au piano par Sonosuke Takao ou le piano quasi-onirique d’Echo, Echo.

Néanmoins, ce qui prime, et ce qui demeure au sortir de l’album, est ce sentiment d’avoir écouté une enluminure émolliente, faite de petites bribes musicales censées accompagner la présentation sur l’écran du quotidien d’une famille nippone. Justement, on ressent beaucoup trop que telle pièce a été imaginée pour illustrer une séquence de réconfort familial, que telle autre agit dans une veine plus mélancolique lorsque les personnages doivent faire face à une contrariété ou qu’une troisième souligne un passage plus léger. Sûrement opérante en soutien des images, cette bande-son n’avait alors nul besoin d’être sortie en disque.

François Bousquet
le 11/02/2009

À lire également

Kazumasa Hashimoto
Euphoriam
(Noble)
V/A
Fork Ends
(Audio Dregs)
Reliq
Metatropics
(Noble)