Last Days

The Safety of the North

(n5MD / Import)

 date de sortie

09/03/2009

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

15 RealAudio (extraits)

 tags

Last Days / n5MD / Post-Rock

 liens

Last Days
n5MD

 autres disques récents
Haythem Mahbouli
Catching Moments In Time
(Schole)
Tomotsugu Nakamura
Monologue
(Audiobulb)
Ståle Storløkken
The Haze Of Sleeplessness
(Hubro)
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)

D’ordinaire peu attirés par les albums-concepts, ceux qui sont censés nous raconter une histoire, nous avons souvent l’impression qu’ils mettent trop en avant leurs intentions au détriment de toute exigence purement musicale. Dès lors, quand on apprend que le troisième album de Last Days (déjà auteur de deux disques appréciés de ces pages) a été écrit pour rendre compte du déménagement d’Alice, petite fille qui suit ses parents mutés vers une ville nordique, c’est avec une certaine attente mêlée d’appréhension qu’on place le CD dans le lecteur.

La présence de voix féminines tout à fait mignonnes sur les deux premiers titres de The Safety of the North (respectivement Clemmie Law et Fabiola Sanchez) viennent renforcer nos légères craintes, sursignifiantes qu’elles sont par leur délicatesse ostentatoire. Plus loin, on aura le droit à l’énoncé des pensées d’Alice, narrant de son innocente voix d’enfant ses différentes découvertes (Thoughts of Alice). Fort heureusement, sur le plan instrumental, les lignes chromatiques de guitare tracées par Graham Richardson font preuve d’une grâce suffisamment contenue pour ne pas en rajouter, tout en étant parfaitement en adéquation avec l’ambiance mélancolico-apaisée de l’ensemble.

Parfois, une batterie fait son intervention, emmenant le propos vers des rivages proches d’un certain post-rock (Fracture, Run Home, Onwards). Plus encore, le musicien anglais démontre qu’il est tout à fait capable d’installer une texture légèrement bourdonnante avant d’y ajouter, petit à petit, une mélodie de guitare et la batterie (Life Support), ou de mettre en place une nappe allant crescendo et intégrant progressivement quelques saturations (Nothing Stays The Same, Nothing Ever Ends). Contrepoints impeccables des morceaux auxquels participent des voix féminines, ces titres font la richesse d’un album qui confirme le talent de son auteur.

François Bousquet
le 16/03/2009

À lire également

Dreissk
The Finding
(n5MD)
Bitcrush
Of Embers
(n5MD)
Dreissk
Edge_Horizon
(n5MD)