Scanner

 auteur

Guy Debord

 metteur en scène

David Ayala

 date

du 02/03/2009 au 21/03/2009

 salle

Théâtre Gérard Philipe,
Saint-Denis

 appréciation
 tags

Guy Debord / Théâtre Gérard Philipe

 liens

Théâtre Gérard Philipe

 dans la même rubrique
du 05/11/2016 au 26/11/2016
La Nuit des Taupes
(Théâtre des Amandiers)
du 15/09/2016 au 08/10/2016
Il faut beaucoup aimer les Hommes
(Théâtre Ouvert)
du 21/09/2016 au 08/10/2016
Nobody
(Théâtre Monfort)
du 10/05/2016 au 04/06/2016
Je suis Fassbinder
(Théâtre de la Colline)

Monté la saison passée et déjà présenté en Île-de-France, c’est au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis que Scanner (sous-titré Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes dévorés par le feu) développe cette fois-ci sa haute entreprise : proposer une pièce tirée des écrits et films de Guy Debord. Au moment où la pensée du situationniste français semble plus actuelle que jamais et recueillir un écho toujours plus vaste, sa traduction sur un plateau théâtral nous intriguait plutôt.

S’il faut saluer l’ambition de la démarche, voire le courage de s’attaquer à ce qui relève très clairement du paradoxe (mettre en spectacle la critique de la société du spectacle), on ne peut cependant que regretter les quelques facilités de la création de David Ayala. Facilités du montage superposé d’images de campagne de personnalités politiques (Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou) et d’émissions de télé-shopping ; facilité du discours moqueur envers l’art contemporain (ironie éculée sur le dripping ou le minimalisme) ; facilité de la dénonciation de la société de consommation (discours publicitaires débités tous en même temps par des comédiens arborant tenues fluos et autocollants promotionnels) ; facilité des ruptures de rythme entre passages très littéraux dans lesquels les acteurs lisent des extraits de textes de Debord et moments divertissants où des titres populaires (Femme Like U, C’est bon pour le moral) sont entonnés.

Inévitables pour éviter l’écueil de la représentation professorale et assommante des thèses du penseur, ces ruptures se révèlent pourtant trop attendues. Dès lors, la critique du spectacle par le spectacle lui-même ne prend réellement jamais, achoppant par trop de démonstration, trop d’ostentation et, au final, trop peu de passion. Se trouvant alors en plein cœur du paradoxe qu’il s’agissait de contourner, on ne peut que constater que Scanner échoue plutôt dans une entreprise en vérité quasi-impossible.

Autres dates :
- du 24 au 26 mars 2009 : Le Grand T – Nantes
- 2 et 3 avril 2009 : Bonlieu Scène Nationale d’Annecy
- du 20 au 26 avril 2009 : Théâtre Vidy-Lausanne
- du 26 au 28 mai 2009 : Théâtre de l’Union – Limoges

François Bousquet
le 21/03/2009

À lire également

du 28/11/2013 au 15/12/2013
Déplace le Ciel
(Théâtre Gérard Philipe)
du 13/01/2014 au 07/02/2014
Les Gens
(Théâtre Gérard Philipe)
du 13/04/2010 au 17/04/2010
Asphalte
(Théâtre Gérard Philipe)
du 26/09/2011 au 16/10/2011
Micro
(Théâtre Gérard Philipe)