Kashiwa Daisuke

5 Dec.

(Noble / Import)

 date de sortie

20/02/2009

 genre

Electronique

 style

Drum’n Bass / Electronica

 appréciation

 écouter

Requiem (mp3 complet)

 tags

Drum’n Bass / Electronica / Kashiwa Daisuke / Noble

 liens

Noble
Kashiwa Daisuke

 autres disques récents
Splashgirl
Sixth Sense
(Hubro)
Automatisme
Transit
(Constellation)
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)

Étrange album que ce 5 Dec. du Japonais Kashiwa Daisuke, dont on avait bien apprécié le Program Music I sorti il y a un an et demi. Étrange car si ce disque démarre par une jolie piste instrumentale portée par un piano délicat et quelques bruitages épars (Red Moon), on quitte vite ce climat raffiné pour basculer dans une drum’n’bass bien secouée et parcourue de vocalises échappées d’un requiem qui donne son titre à ce deuxième morceau. Sur le plages suivantes (Bogus Music et Black Lie, White Lie), c’est la guitare électrique de Gentarow qui vient, d’un de ces soli insupportables, agrémenter la base rythmique de Daisuke. On se dit alors qu’il va nous être probablement difficile d’aller jusqu’au bout des dix titres de l’album, s’il faut supporter un tel changement de direction musicale toutes les six minutes. Et puis, parvenu à la moitié de 5 Dec., une inflexion sensible et durable survient, conduisant le Japonais à ne plus intervenir que dans un registre électronique minimal, retrouvant les ambiances du premier morceau.

Naturellement, ce type d’electronica recueille nettement plus nos faveurs que les expérimentations bruitistes de la première partie de l’album. D’autant plus qu’avec About Moonlight, le musicien livre par exemple un excellent morceau mêlant base rythmique synthétique et petites boucles sonores issues de cordes ou piano. Néanmoins, chassez le naturel, il revient au galop, Daisuke nous propose deux nouveaux morceaux drum’n’bass à la fin du disque (Aqua Regia et Beautiful Sunday) qui, par son flot percussif, proposent cependant un intéressant contrepoint aux titres qui les précèdent. Difficile par conséquent, au final, de se faire une opinion tranchée sur un album qui, même après plusieurs écoutes, demeure quasi-insaisissable.

François Bousquet
le 09/04/2009

À lire également

Serph
Plus Ultra
(Noble)
Serph
Aerialist
(Noble)
Midori Hirano
Klo:Yuri
(Noble)