Pierre Ardouvin : Soupe de têtes de fantômes

 date

du 21/04/2009 au 23/05/2009

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Fondation d’entreprise Ricard / Pierre Ardouvin

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Depuis plusieurs années, on suit régulièrement et avec grand intérêt les travaux de Pierre Ardouvin, d’expositions collectives en présentations personnelles à la Galerie Chez Valentin. Ses œuvres se distinguent toujours par leur caractère immédiatement appréciable, sans nécessiter un bagage artistique certain, et, ceci expliquant cela, l’utilisation récurrente d’objets du quotidien et de références à la culture populaire.

JPEG - 22.1 ko
Soupe de têtes de fantômes
(courtesy Galerie Chez Valentin)

Pour son exposition à la Fondation d’Entreprise Ricard, le Français reprend ces fils conducteurs, dénués de tout cynisme à l’égard de ces évocations populaires et plutôt empreints d’une volonté de les décontextualiser pour les confronter au tragique. Ainsi s’agit-il de mélanger légèreté joyeuse du quotidien et vision plus morbide : Winnie l’Ourson jouxtant une tête de mort dans une moderne vanité (Sans Titre), une guirlande lumineuse accrochée sur une palissade prophétisant la fin du monde (La fin du monde) ou des mobiles-jouets représentant des têtes de fantômes dans lesquels du linge pend des orbites oculaires et buccaux (Soupe de têtes de fantômes). Cette étrange ambiance se trouve de surcroît accentuée par l’éclairage mystico-macabre d’un espace aux fenêtres duquel des films transparents rouges ont été disposés.

Pour autant, tout laisse à penser que, de la même manière que son appropriation des mythes populaires ne se teinte de cynisme, Pierre Ardouvin n’est pas dupe de cette dimension funeste. Plusieurs éléments lui permettent ainsi de constamment créer un décalage kitsch ou ridiculisant : un cadre représentant un berger allemand ici (Dior) ou une structure gonflable formée de grosses bulle noires là (La Chose) qui, par son gigantisme, en vient à perdre tout caractère effrayant (comme les têtes de fantômes n’ont rien de menaçant, en raison du linge coloré qui les accompagne).

François Bousquet
le 29/04/2009

À lire également

du 07/02/2015 au 03/05/2015
Pierre Ardouvin : Retour
(Maison des Arts)
du 11/02/2011 au 26/03/2011
Éric Baudart : Avec (...)
(Fondation d’entreprise)
du 10/09/2014 au 31/10/2014
L’époque, les humeurs, (...)
(Fondation d’entreprise)
du 22/09/2009 au 07/11/2009
L’image cabrée
(Fondation d’entreprise)