Ulla Von Brandenburg : Name or Number

 date

du 19/03/2009 au 17/05/2009

 salle

Le Plateau / FRAC Île-de-France,
Paris

 appréciation
 tags

Le Plateau / FRAC Île-de-France / Ulla Von Brandenburg

 liens

Le Plateau / FRAC Île-de-France

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Drapeau suspendu à une hampe au-dessus de l’entrée du Plateau et large rideau barrant l’accès aux espaces d’exposition : la monographie consacrée par le FRAC Île-de-France à la créatrice allemande Ulla Von Brandenburg s’appréhende dès l’extérieur du lieu. Paradoxes pour celle dont le travail s’attache notamment à l’illusion et à ce qui est caché, ces avant-goûts préfigurent une présentation extrêmement convaincante pour une artiste qu’on avait jusqu’à présent croisée dans diverses expositions collectives.

JPEG - 11.8 ko
8
(courtesy Galerie Art : Concept)

Passés le rideau, un premier film nous plonge instantanément dans cet univers singulier où il s’agit donc d’essayer de dévoiler ce qui ne l’est pas ou ne peut l’être : Around montre ainsi un groupe de personnes tournant sur eux-mêmes, tandis que la caméra tente d’en faire le tour sans jamais parvenir à saisir leurs visages. Plus loin, au milieu d’une salle, un espace ovale en bois est installé dans lequel on entre par deux portes afin d’y voir ce qui est pratiquement caché de l’extérieur : des taches blanches sur fond noir symbolisant une forêt (Forest III). Dissimulation encore avec ce labyrinthe de draps colorés au bout duquel un film est projeté où l’on voit des personnages se balader, de manière joliment tautologique, dans le château de Chamarande quasi-vide (manoir hanté ?) (8). Peu à peu, on glisse doucement vers une approche plus mystique qui ressort également de Quilt III, fausse tablée de huit hommes, symbolisés métonymiquement par des gilets et cravates posés à plat, qui semble être le fruit d’une séance de spiritisme qui aurait trop bien fonctionné. Cette volonté de travailler sur la représentation fait aussi partie des préoccupations d’Ulla Von Brandenburg, le Drapeau (en fait, deux pantalons raccordés par leurs jambes) en était déjà un symbole et son wall-painting Publikum (un public d’une salle de théâtre regarde une scène vide tandis que quelques spectateurs nous observent du coin de l’œil) le confirme.

Au carrefour de ces ambitions créatrices, le film le plus récent de l’Allemande a été tourné il y a quelques semaines à la Villa Savoye, construite par Le Corbusier à Poissy. Singspiel est une sorte de comédie musicale mais dans laquelle aucun son direct n’est utilisé, une simple comptine étant chantée en post-production par Ulla Von Brandenburg elle-même, chanson calée façon play-back sur les mouvements labiaux des personnages. L’aspect fantomatique de ces héros évoluant dans une maison vide aux multiples recoins s’en trouve alors renforcée, tandis qu’ils partagent un goûter, jouent aux cartes (dont le dos reprend le motif du rideau d’entrée) et se livrent à un petit spectacle (un rideau s’ouvre, des protagonistes en représentent d’autres). Synthèse de l’ensemble des œuvres ici montrée dans une scénographie très réussie, ce film frappe par son aspect presqu’intemporel comme par la grande contemporanéité de ce brassage.

François Bousquet
le 05/05/2009

À lire également

du 07/06/2012 au 29/07/2012
Le Mont Fuji n’existe (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 19/09/2013 au 17/11/2013
Ryan Gander : Make (...)
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 14/03/2013 au 12/05/2013
Paint It Black
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)